Le nid du serpent, GUTIERREZ Pedro-Juan

le-nid-du-serpent

 

  • Broché: 286 pages
  • Editeur : Editions Albin Michel (14 août 2007)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226179674

L’HISTOIRE

« Je vis parmi les poètes, les lesbiennes, les peintres et les musiciens, les troubadours et leurs guitares, les alcooliques et les drogués, les putes et les fous. En pleine décadence, quoi. L’abolition du bourgeois. L’enfer. » Dans le Cuba délabré des années soixante, coincé entre désir de liberté et volontarisme castriste, un jeune garçon fait l’apprentissage de la vie. Le sexe, la violence, mais aussi la soif de culture et le désir d’écrire vont constituer le matériau d’une œuvre à venir, unique et fulgurante. Celle de Pedro Juan Gutiérrez, un des plus grands écrivains cubains contemporains.

MON RESSENTI

Au départ le titre de ce livre m’avait interpellé je le trouvais poétique et j’ai voulu tenter car je ne connaissais pas l’auteur. Je ne pense pas que je renouvellerai l’expérience. L’écriture est choquante, violente, outrancière. Le style est oral, vulgaire, il y a beaucoup d’argot et le sujet de prédilection de l’auteur est le s-e-x-e… C’est comme une obsession, cela commence dès le premier chapitre sur plus de cinq pages et cela revient très très fréquemment.

Ce côté cru m’a vraiment gênée au début du livre, surtout que je ne m’y attendais pas. Mais plus le livre avance et on comprend que cela n’est pas gratuit… En effet pour Pedro Juan, le sexe c’est l’ultime espace de liberté qui lui reste dans ce pays étouffé par le régime de Castro.
Mise à part cela, ce livre est très intéressant par d’autres aspects notamment pour connaître la vie des Cubains à cette époque.

VERDICT

J’ai un avis mitigé car je pense que cela peut plaire à un certain lectorat qui aime le style cru et violent. Pour les autres, ça peut s’avérer un peu plus difficile d’aller au bout du livre.

Je le conseille donc aux fans de Fante, Buckowski ou Mérot.

EXTRAITS

« J’ai toujours cru qu’il était possible de vivre dans l’ordre, l’équilibre, la modération. Tout le monde s’était ligué pour m’enfoncer ça dans la caboche, l’école, les parents, l’Eglise, la presse. Patrie, discipline et liberté. Liberté, égalité, fraternité. La vie est pure, belle, parfaite. Comme dans une revue de décoration intérieure : tout aligné au millimètre, pas un grain de poussière en vue, pas même une minuscule toile d’araignée dans un coin. Mais ensuite, je suis allé voir dehors. Dans la rue. Seul. Et là, toutes ces idées se sont écroulées. Confusion totale. Tout autour de moi, je n’ai aperçu que désordre et déséquilibre. Aucune pièce ne s’emboîtait dans l’autre. Découvrir ça à quinze ans, c’est flippant. Folie, panique, chaos et vertige. »

**********

« Dès l’âge de huit ans, j’avais découvert près de chez nous une bibliothèque publique absolument parfaite, et sans personne ou presque. C’était un monde à part, le moyen rêvé d’oublier tout le merdier ambiant. Il y avait l’air conditionné, ça sentait la lavande. Je lisais des tas de livres à la fois, mais je les choisissais au pif. Une main magique me guidait le long des rayonnages jusqu’à Truman Capote, Faulkner, Erskine Caldwell, Jean-Paul Sartre, Marguerite Duras, Nietzsche, Wright Mills, Sherwood Anderson, Carson McCullers, Hermann Hesse, Dos Passos, Hemingway. Que des écrivains tourmentés par leurs obsessions et leurs fantasmes. »

**********

« « Cette double vie entre la rue et la bibliothèque me plaisait bien. Elle m’éloignait de mon étouffante maison, pour commencer. Je n’avais personne à qui parler de mes lectures. Autour de moi, personne ne lisait. Les adultes étaient ennuyeux à crever, ils ne parlaient que politique. C’était le seul horizon. Un aveuglement total, asphyxiant, auquel j’étais obligé de tourner le dos. »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s