Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu, BRAUN Sam

personne ne m'aurait cru

 

  • Broché: 270 pages
  • Editeur : Editions Albin Michel (3 janvier 2008)
  • Collection : ESSAIS DOC.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226180737

L’HISTOIRE

Il aura fallu quarante ans à Sam Braun pour témoigner. Jusqu’à ce jour où il décide de rompre le silence et entreprend un travail de mémoire.
L’auteur a tiré une sagesse peu commune de son incarcération à Buna-Monowitz, un des nombreux camps du complexe concentrationnaire d’Auschwitz.
C’est ce récit d’une densité extraordinaire qu’a recueilli Stéphane Guinoiseau qui raconte avec précision et sincérité l’expérience des camps et le difficile retour à la parole, retenant le flot sensible de l’émotion pour mieux nous parler d’humanisme.

MON RESSENTI

C’est écrit sans occulter le pire et c’est ce qui le rend si humain et personnel.C’est un témoignage très émouvant et poignant. Les mots sont choisit avec soin et l’écriture est fluide. A aucun moment l’auteur sombre dans le pathos. Je l’avais entendu dans l’émission de Demorand et ça m’avait interpellé. Je n’ai pas regretté et pourtant il y a beaucoup de livres sur le sujet et ça aurait pu lasser, mais c’est sans compter sur la sincérité de l’auteur.

C’est un livre qui invite aussi au questionnement que ce soit sur le plan humain ou politique.  Il y a aussi des leçons à prendre de la part de cet homme qui a vécu l’horreur et qui malgré tout est plein de sagesse et de bienveillance. Je pense qu’il serait bon que les collégiens et lycéens travaillent dessus car c’est très instructif et permettrai d’avoir une approche plus réelle de ce malheureux pan de l’histoire.

Beaucoup d’émotions diverses à la lecture de ce témoignage et des jours d’introspection et de réflexions. Quoi qu’il en soit, on en sort pas indemne.

VERDICT

Il est essentiel de le lire et le faire lire aux ados. Je le recommande chaudement

EXTRAITS

 » Témoigner n’est pas seulement apporter une preuve de ce qu’il s’est passé. C’est aussi honorer une dette vis-à-vis des morts. C’est encore s’adresser aux vivants. C’est peut-être surtout tenter de restaurer sa propre identité, maîtriser par le langage une expérience extrême, au risque de la revivre et de s’y engloutir. « 

**********

Il y a soixante cinq ans se sont ouvertes, enfin, les portes d’un enfer où tant de compagnons sont morts après d’atroces souffrances, morts sans sépulture, morts que personne ne pleure car personne ne leur a survécu…
Là-bas, tu sais, nous étions tous les mêmes ! Nous avions tous tellement faim que nous marchions courbés comme des vieillards pour comprimer nos corps qui nous faisaient souffrir ; nous avions tous tellement froid avec nos vêtements légers de bagnard, que le vent qui soufflait tout le temps, nous glaçait jusqu’aux os ; nous avions tous tellement peur de la bestialité des SS et des kapos pour qui nous n’étions que des « stucks », des morceaux, que des sous-hommes, des « untermunshen », avec comme destin commun, celui de mourir après deux mois de ce régime innommable, ou de périr asphyxiés par le Zyclon B, dans une de leurs chambres à gaz.
Là-bas, tu sais, nous étions tous les mêmes ! Nous avons tous vu des corps souffrir, nous avons vu des corps mourir… »
**********
Les bourreaux que nous avons connus étaient des hommes ordinaires, ils n’étaient pas des fous, mêmes s’ils ont commis les plus impardonnables folies. Ils étaient des êtres ordinaires comme je le suis, comme nous le sommes tous, et, à ce titre, nous pouvons tous dans certaines circonstances, devenir des bourreaux si nous refusons de nous remettre en permanence en question. Voilà ce que nous devons montrer aux jeunes afin qu’ils se méfient d’abord d’eux-mêmes. La barbarie n’est pas l’apanage de l’autre.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu, BRAUN Sam »

  1. Ce livre à l’air génial même si le sujet est bien sur dur. Il doit être très émouvant. Mais malheureusement les camps de concentration font partie d’une partie de la vie. je pense lire ce livre bientôt

    J'aime

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s