Le crime d’être Père, MORAILLON Sylvain

51A-zvuMNIL._

 

Merci aux Editions La Boite à Pandore pour cette découverte

  • Broché: 176 pages
  • Editeur : La Boîte à Pandore (6 mars 2014)
  • Collection : Témoignages & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2875570641

L’HISTOIRE

Les histoires d’amour finissent mal en général…et quand il y a des enfants, la guerre que certains parents déploient devient meurtrière. C’est ce qu’il advient à Sylvain Moraillon. Le cas récurrent ces derniers mois de pères juchés au sommet de grues pour réclamer une révision de leur dossier de garde ou de visite est l’arbre qui cache la forêt.
Non, les droits des pères en France ne sont pas égaux à ceux des mères.
Oui, la garde partagée qui est privilégiée automatiquement dans certains pays européens n’est pas appliquée facilement en France.

Sylvain Moraillon met en cause la justice française et les services sociaux avec un réalisme qui fait froid dans le dos. Tout le monde passe à la moulinette de son expérience : le JAF, les procureurs, les experts mandatés, les psychologues et les avocats.

Alors, avec une plume méchante, agressive, vraie et cruelle, Sylvain Moraillon raconte son calvaire et celui des autres parents.
Car aujourd’hui, les pères hurlent leur désarroi et leur tristesse : ils aiment leurs enfants et veulent s’en occuper !

Non, un enfant n’est pas un jouet.

MON RESSENTI

J’ai ressenti une grande palette d’émotions à la lecture de ce pamphlet, car il s’agit bien d’un pamphlet sous forme de témoignage. Emotions  allant de la tristesse, au désespoir, de l’empathie à la colère, de la consternation à l’espoir. Espoir que ce cri sera entendu et que les choses changeront en France.

Je ne suis pas père mais je suis mère et je ne peux pas rester indifférente à la triste situation de tout ses pères qui sont les laisser pour compte des séparations et divorce. Pourtant il y a vraiment des mères dangereuses et des pères aimants.

Le parcours du combattant des pères pour faire respecter les lois est tout bonnement consternant. Il parait inacceptable que la garde soit accordée systématiquement à la mère même maltraitante ou déséquilibrée plutôt qu’au père aimant et stable. Qui a décidé que n’importe quelle mère était toujours mieux qu’un super papa ?

A-t-on seulement demandé l’avis des enfants ? Car c’est tout de même d’eux dont il est question. A t-on étudié l’impact sur leur future vie d’adulte de ce choix systématique de la mère au détriment du père.

L’auteur nous fait partager son parcours du combattant, sa souffrance et sa colère avec ses mots, c’est un immense cri de colère, un cri du coeur, un appel à plus de justice et de considération. On ne peut qu’être touché par ce combat et interpellé par l’urgence de faire changer les choses. Que  fait- on des droits de l’enfant ?

Je suis ressortie de cette lecture sonnée, sonnée de voir qu’au pays des droits de l’homme ils sont si souvent bafoué dans la plus grande indifférence et sans que cela ne choque personne.

Non les mères ne sont pas toutes des mamans  aimantes et douces (je sais de quoi je parle) et oui des pères peuvent être des papas formidables et aimant. Il faut arrêter de détruire la vie des enfants en faisant les mauvais choix, car c’est ceux-là qui détermineront leur vie future et la construction de leur personnalité.

Je terminerai en disant que ce livre devrait être lu par les hommes comme les femmes et qu’ils soient parents ou pas. Il faut vraiment réfléchir avant de faire un enfant et le faire pour de bonnes raisons pour éviter qu’il devienne un instrument de torture et de chantage.

VERDICT

Lisez-le c’est édifiant et on en sort pas indemne. Il n’est pas nécessaire d’être père pour le lire, il s’adresse à tout le monde. Achetez-le.

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le crime d’être Père, MORAILLON Sylvain »

  1. Là je me permets e rétorquer de par mon expérience de travailleur social : cela arrive, mais il y a parfois la partie visible de l’iceberg présenté par le père/la mère victime de l’injustice, et il y a le reste, dont on ne parle pas … Je connais des pères qui vivent la garde alternée, j’en connais deux à qui les enfants ont été confiés … ils sont d’ailleurs ravis.

    J'aime

  2. Vous avez le droit de le penser. Mais, par expérience personnelle et par des témoignages concrets de mon entourage je peux vous assurer que c’est très difficile pour un père d’avoir la garde de ses enfants même quand la mère est totalement irresponsable et qu’elle n’a de mère que le nom. On en est encore à croire que seule une mère peut s’occuper d’un enfant et ça fait des dégats, parfois irréversibles.

    J'aime

  3. J’ai tendance à me méfier de certaines généralités : Non, les enfants ne sont pas systématiquement confiés à une mère maltraitante plutôt qu’à un père aimant. Je suis persuadsée qu’on nous montre la partie visible de l’iceberg. Les enquêtes sociales ne sont pas toujours objectives, c’est clair, puisque les travailleurs sociaux ne sont – eux aussi – que des humains. Mais il existe bon nombre d’associations qui soutiennent les pères, les enfants. Il y a même des avocats qui acceptent de défendre les intérêts des enfants. Oui, les juges ne les entendent pas assez, ils ne sont pas formés pour entendre des enfants et se sentent démunis. Mais je ne suis pas du tout convaincue que ces hommes qui manifestent maintenant pour leurs droits soient toujours dans leur bon droit …

    J'aime

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s