Série Z, ERRE J.M

serie Z

  • Broché: 283 pages
  • Editeur : POCKET (2 janvier 2014)
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266244930

L’HISTOIRE

Félix Zac vit aux crochets de Sophie – qui a de nombreuses qualités, dont la plus remarquable est de supporter Félix. Elle a seulement des doutes, parfois, sur la santé mentale de son ami, qui a tendance à mélanger fiction et réalité. Cinéphile, Félix écrit des scénarios qu’il n’achève jamais. Jusqu’au jour où, mystérieusement inspiré, il met un point final à L’Hospice de l’Angoisse.

L’intrigue se passe à la Niche Saint-Luc, joyeuse maison de retraite où de vieux acteurs terminent leur existence. Dans cet établissement au-dessus de tout soupçon, un cadavre va semer le trouble. D’autant plus qu’il est le premier d’une longue série. Félix est sûr du succès : un certain Boudini, producteur à Rungis, s’intéresse à son chef-d’oeuvre ! Les ennuis commencent quand la fiction rattrape la réalité, et que de vrais cadavres se ramassent à la pelle. Où est le vrai ? Où est le faux ?!

MON RESSENTI

Totalement loufoque et déjanté , je dois avouer que je suis toute acquise à la cause de l’auteur que j’ai découvert il y a quelques années avec  l’hilarant  Made In China.

C’est absurde, c’est un vrai régal pour la bonne humeur et les zygomatiques  !!! Vous vous sentez d’humeur morose ? Besoin d’un petit coup de fouet ? Alors ce roman est fait pour vous. J’aurai aimé avoir cette signature si particulière qu’à l’auteur, car il maîtrise tout à fait son art. Un prof comme ça t’as pas envie de sécher les cours.

Bref, parlons de ce roman, et bien comme je m’en doutais je n’ai pas été déçue j’ai encore bien ri, j’ai encore été surprise des trouvailles de l’auteur.  Je me demande vraiment où il va chercher tout ça . J’ai vraiment ri à chaque page et j’ai littéralement dévoré ce roman. J’aime les tournures de phrases, le choix des mots et les situations toutes aussi délirantes les unes que les autres.

L’idée du geek qui tient un blog pour cinéphiles asociaux est vraiment bien trouvée, on est en plein milieu d’une comédie avec un fort potentiel d’adaptation cinématographique. J’en ai d’ailleurs touché deux mots à l’auteur au salon du livre et il m’a répondu avec son humour habituel qu’il n’a rien contre c’est juste une question de production et de fonds. Alors, je lance un appel si quelqu’un veut investir dans une bonne comédie y a déjà un scénario tout fait.

A la lecture de chaque page on imagine les scènes et les personnages ce qui ajoute au comique. Pour les fans de nanars, il y a de nombreuses références. Les personnages sont tous attachants …  C’est un hommage aux personnes âgées et aux séries Z .

La fin est surprenante et explosive.

J’adore et il faut que je me procure le petit dernier histoire de faire des séances d’abdos sans la salle de sport.

VERDICT

Un pur moment de bonheur !!! vous avez envie d’une lecture loisir, rire , plaisir ? Foncez à mon avis ça devrait être remboursé par la sécurité sociale. Les collégiens et lycéens peuvent le lire aussi . Offrez-le à un dépressif ou une personne qui a de l’humour.

EXTRAITS

« – Il a pourtant l’air inoffensif.
– C’est ce qui le rend suspect. Comme je dis toujours : « plus, il ne paye pas de mine, moins il n’est pas innocent. »
– Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris…
– C’est le théorème de Columbo.Faut être spécialiste »

**********

« Mardi 20 avril, 7h. Rue Mouffetard
Tous les matins, c’était l’odeur qui réveillait Félix (trente-trois ans, soixante-dix kilos, un mètre soixante-seize d’inquiétudes existentielles). À sept heures précises, le chat Krasucki (dix ans, dix kilos, cinquante centimètre de molle obésité) se hissait péniblement sur le lit de ses humains de compagnie et venait balader son haleine rance sous le nez de Félix, le distributeur de croquettes. C’était un peu rude, certes, mais ça faisait des économies de réveil. Et puis ça vous rappelait que la vraie vie ..la-bas, hors de la couette..n’était pas une partie de plaisir. »

**********

« Pour être admis au club des Valeureux vétérans, il faut courir le cent mètres en moins de cinq minutes, retrouver en quelle année nous sommes en moins de dix secondes, changer sa couche tout seul. »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s