Le dernier tigre rouge, GUEZ Jérémie

dernier tigre rouge

  • Poche: 235 pages
  • Editeur : 10 X 18 (3 avril 2014)
  • Collection : Grands détectives
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2264061073

Merci à Babelio et à Univers Poche pour cette découverte

L’HISTOIRE

Mars 1946. L’acheminement des troupes françaises vers l’Indochine s’accélère. Tous les navires disponibles sont chargés d’amener les militaires français vers l’Asie du Sud-Est pour reprendre cette zone capturée par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi les premiers partants : les régiments de la Légion Etrangère. Jamais, depuis la création de ce corps d’exception, la Légion n’a été composée d’un ensemble si hétérogène : anciens nazis, résistants de tous les pays d’Europe et mercenaires du monde entier. On y trouve aussi bien des blancs-becs formés à la hâte à Sidi-Bel-Abbès que des vétérans, des professionnels de la guerre qui ont combattu aux quatre coins du monde…

Encore meurtri par la mort de sa femme enceinte et par son expérience de résistant, Charles Bareuil ne peut pas reconstruire sa vie en France. Il cherche le combat pour oublier sa lâcheté et son manque d’engagement des premières heures. Charles s’engage donc pour la Guerre d’Indochine au sein du 3e Régiment Etranger de la Légion. Mais cette guerre absurde va rapidement devenir une guerre personnelle pour Charles, lorsqu’il décide de mener son enquête sur un mystérieux tireur d’élite servant derrière les lignes ennemies… qu’il soupçonne d’être un ancien camarade passé du côté Viet Mihn.

MON RESSENTI

J’ai beaucoup aimé ce livre et pourtant je dois admettre que c’était pas gagné car je ne suis pas très friande d’histoire de guerre. Mais, voilà je suis tombée dedans et à ma grande surprise j’ai tourné les pages jusqu’à le finir. En une soirée, il était fini.

Dans ce roman policier on suit Charles Bareuil qui s’engage en Indochine pour des raisons personnelles, ce personnage est vraiment humain et bien travaillé. On trouve une grande diversité de personnage de la légion étrangère : anciens nazis, mercenaires et bien d’autres. Un autre personnage fort, Joseph Botvinnik, appelé Ông Cop (dernier tigre rouge).  On y croise aussi différentes nationalités.

J’ai aimé le fait que peu de livres aient traité le sujet de la guerre d’Indochine ce  qui fait une totale découverte pour moi et le fait que ce soit romancé rend les choses plus digestes. J’ai donc appris à la lecture de ce roman et j’aime apprendre.  Il n y a jamais de longueur et c’est vraiment bien écrit. Une bonne découverte pour moi.

C’est un livre de guerre mais il n’y a pas de violence gratuite, pas de description inutile, l’auteur va à l’essentiel.

J’ai du coup très très envie de lire d’autres ouvrages de l’auteur.

VERDICT

Très réussi et une belle façon de découvrir un pan de notre histoire. Je le conseille vivement, agréable à lire et court.

EXTRAITS

« – Vous ne connaissez rien de ce pays, ni de ses habitants. Alors épargnez-moi vos jugements et contentez-vous de faire la guerre.
– Sans doute, rétorqua Bareuil, mais j’ai vécu dans un pays occupé, je sais ce que c’est. Et je sais aussi qu’il y a des gens que ça ne dérange pas, tant qu’ils gardent leurs privilèges.

A peine eut-il fini sa phrase qu’elle lui jeta le contenu de son verre à la figure. Les conversations à la terrasse s’arrêtèrent un instant avant de reprendre. Bareuil lui sourit, amusé. Un rictus de haine déformait le visage de la belle Bénédicte Buisson. Elle lui parla pourtant d’une voix calme:

– Vous voyez, monsieur le soldat, vous venez de gâcher une douce nuit. »

**********

 » Lui-même était venu là pour des raisons obscures, celles pour lesquelles les gens se battent et tuent, pour venger, pour reconquérir les fantômes, ressusciter des êtres vivant dans les mémoires et les cœurs morts. »

**********
 » Tu connais Von Heigl ? 
Bareuil voyait parfaitement qui il était, un sergent-chef avec une moustache finement taillée qui ne souriait jamais. On le disait issu d’une grande famille prussienne. Il hocha la tête.
-Avec deux gars de mon régiment, on l’a fait prisonnier à Monte Cassino, poursuivit-il.
– Et alors ? 
-Alors ici, c’est la Légion. La-bas, j’aurais pu l’abattre comme un chien. Ici, c’est mon supérieur et je lui obéis. Et ne crois pas que ce soit injuste. Notre patrie, c’est la Légion. N’importe lequel de ces Allemands prendrait une balle à ta place. Tâche de faire comme eux. »
Publicités

4 réflexions au sujet de « Le dernier tigre rouge, GUEZ Jérémie »

  1. La formation pour le secourisme de combat, au 4ème Étranger

    Une impressionnante vidéo montre des auxiliaires sanitaires pendant leur stage de sauvetage au combat de niveau 2 au 4ème Régiment étranger, de Castelnaudary. L’objectif consiste à apporter à des auxiliaires sanitaires des compétences nécessaires pour…

    J'aime

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s