J’aurai dû apporter des fleurs, BRAMI Alma

livre_affiche_2271     arton1925

Merci aux Editions Mercure de France

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : Mercure de France (21 août 2014)
  • Collection : Bleue
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2715233825

L’HISTOIRE

«N’apporte rien, Gérault, on a tout !» Toujours cette générosité qui écrase. Ben tiens, c’est vrai, qu’est-ce que je pourrais bien leur apporter, moi, dans leur foyer parfait ! Une pauvre bouteille de pinard ? Qui sera bu le nez bouché avant d’entamer les grands crus de leur cave à vin personnelle. Des fleurs ? Qui se retrouveront dans l’évier, humiliées par tous les bouquets qui, eux, auront eu le privilège de trôner dans des vases. Mieux vaut des mains vides et l’honneur sauf, qu’un «oh, mais fallait pas» qui accable. Fallait pas, vraiment pas, tu nous déranges avec ton cadeau minable, remporte-le. Je viendrai avec rien. Rien et mon manteau et malgré tout, peut-être qu’ils auront droit à mon sourire, peut-être, si je suis grand seigneur. »

Gérault tente d’offrir une image idéale de lui-même, mais quand on est seul, au chômage à cinquante ans, ce n’est pas chose facile. Homme empêché, il s’interdit de dire ce qu’il pense et retient en lui sa colère, sa violence. Sa voix intérieure prendra-t-elle peu à peu le dessus ? Ironique et tendre, Alma Brami révèle un personnage lucide, terriblement humain, reflet des travers de notre société tout entière.

MON RESSENTI

J’ai lu tout les livres de l’auteur dont j’aime le style et une fois encore je n’ai pas été déçue par son 6ème roman. Alma Brami réussi à faire d’un personnage banal et d’une histoire banale un roman qu’on ne lâche pas. Elle nous sert un roman plein de tendresse et de colère aussi,  avec un personnage terriblement humain et lucide.

Gérault au chômage à cinquante ans et en surpoids est désespérément seul. Il essaie tant bien que mal de cacher sa tristesse et sa solitude à son entourage. Les conventions et les règles de vie en société  font qu’il s’interdit de dire ce qu’il pense et retient en lui sa colère, sa violence. Mais petit à petit il va s’écouter et dire ce qu’il veut vraiment dire. Qui n’a jamais eu ce sentiment ? Parfois, ce qui franchit nos lèvres n’est pas vraiment ce que l’on a vraiment en tête.  Cette petite voix qui nous dit je vais dire ça est la même qui nous rappelle qu’on aurait dû dire ça ou encore ça. C’est entre autre ce qui nous rends le personnage de Gérault attachant et réaliste.

Nous suivons Gérault et ses contradictions, Gérault et ses frustrations, Gérault et ses désirs, le pauvre Gérault qui parfois s’imagine à la place d’un autre et qui refait l’histoire dans sa tête. J’ai trouvé l’idée de nous faire partager ce qu’il pense dans sa tête sans oser le dire très bien trouvée.

C’est un roman court qui se lit d’une traite, qui donne à réfléchir sur son propre fonctionnement, son propre rapport à autrui. L’écriture d’Alma est toujours délicieuse alternant la tendresse et la colère. C’est définitivement une romancière à suivre, aucun de ses romans ne ressemble au précédent. Elle sait décortiquer les maux des personnes ordinaires.

VERDICT

Un livre très agréable à lire, il serait dommage de passer à coté. Ne vous privez pas de ce plaisir de terminer vos vacances avec un bon roman.

EXTRAITS

«N’apporte rien, Gérault, on a tout !» Toujours cette générosité qui écrase. Ben tiens, c’est vrai, qu’est-ce que je pourrais bien leur apporter, moi, dans leur foyer parfait ! Une pauvre bouteille de pinard ? Qui sera bu le nez bouché avant d’entamer les grands crus de leur cave à vin personnelle. Des fleurs ? Qui se retrouveront dans l’évier, humiliées par tous les bouquets qui, eux, auront eu le privilège de trôner dans des vases. Mieux vaut des mains vides et l’honneur sauf, qu’un «oh, mais fallait pas» qui accable. Fallait pas, vraiment pas, tu nous déranges avec ton cadeau minable, remporte-le. Je viendrai avec rien. Rien et mon manteau et malgré tout, peut-être qu’ils auront droit à mon sourire, peut-être, si je suis grand seigneur. »

Publicités

2 réflexions au sujet de « J’aurai dû apporter des fleurs, BRAMI Alma »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s