Le fils, MEYER Philipp

9782226259769m   arton1925

Merci aux Editions Albin Michel

  • Broché: 688 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (20 août 2014)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226259767

L’HISTOIRE

Roman familial, vaste fresque de l’Amérique des années 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux Prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages – trois générations d’une famille texane, les McCullough – dont les voix successives tissent et explorent avec brio la part d’ombre du rêve américain.
Eli, le patriarche que l’on appelle  » le Colonel  » est enlevé à l’âge de onze ans par les Comanches et passera avec eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu à la civilisation, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de devenir un grand propriétaire terrien et un entrepreneur avisé.
À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.
Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouve à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre du « Colonel ». Mais comme ceux qui l’ont précédée, elle a dû sacrifier beaucoup de choses sur l’autel de la fortune. Et comme tous les empires, celui de la famille McCullough est plus fragile qu’on ne pourrait le penser.
Porté par un souffle romanesque peu commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire.

MON RESSENTI

Un roman puissant, une saga familiale et historique comme je les aime. Une grande maîtrise dans l’écriture, un conteur doué, une histoire passionnante. C’est bien simple je n’ai pas pu décrocher, je n’ai pas vu passer les 688 pages.

J’ai aimé découvrir l’Amérique sous divers aspects social, culturel, économique, on sent que l’auteur est passionné et a fait de nombreuses recherches. L’auteur sait captiver le lecteur et l’amener là où il veut. Les personnages sont hauts en couleurs et on suit leur vie avec passion, les passages sur les indiens Comanche sont époustouflants et tellement réalistes que j’en ai imaginé des scènes.

C’est à la naissance des Etats-Unis et plus particulièrement du Texas que nous sommes conviés. Une grande réussite ! Un portrait sans concession de ce pays qui se croit à part et au-dessus de tout.

VERDICT 

Il serait dommage de passer à coté de ce roman phare de la rentrée. Avis aux amateurs de saga familiale, de saga historique, aux passionnés des Etats-Unis et d’aventure ce livre ne peut que vous plaire.

EXTRAITS

 » Pour revenir à l’assassinat de JFK, ça ne l’avait pas surprise. Il y avait alors des Texans encore vivants qui avaient vu leurs parents se faire scalper par des Indiens. La terre avait soif. Quelque chose de primitif y réclamait son dû. Au ranch, ils avaient trouvé des pointes de flèches préhistoriques. Pendant que le Christ allait au Calvaire, les Indiens Mogollons se tapaient dessus avec des haches de pierre. A l’arrivée des Espagnols, il y avait les Sumas, les Chisos et les Tobosos, les Ocanas et les Cacaxtles, les Coahuiltecans, les Comecrudos…mais savoir s’ils avaient éliminé les Mogollons ou s’ils en descendaient, mystère. Tous furent éliminés par les Apaches, éliminés à leur tour – au Texas du moins – par les Comanches. Eux-mêmes éliminés par les Américains.
Un être humain, une vie – ça méritait qu’on s’y arrête. Les Wisigoths avaient détruit les Romains avant d’être détruits par les musulmans, eux-mêmes détruits par les espagnols et les Portugais. Pas besoin d’Hitler pour comprendre qu’on était pas dans une jolie histoire. »

**********

« Les Américains…Il laissa son esprit vagabonder. Ils croyaient que personne n’avait le droit de leur prendre ce qu’eux-mêmes avaient volé. Mais c’est pareil pour tout le monde : chacun s’estimait le propriétaire légitime de ce qu’il avait pris à d’autres. Il ne valait pas mieux. Les Mexicains avaient volé la terre des Indiens, mais ça, il n’y pensait jamais : il ne pensait qu’aux Texans qui avaient volé la terre des Mexicains. Et les Indiens qui s’étaient fait voler leur terre par les Mexicains l’avaient eux-mêmes volée à d’autres Indiens. »

**********

 » Failli les interrompre pour faire remarquer que toute l’histoire de l’humanité participe d’un seul mouvement inexorable : celui qui va de l’instinct animal à la pensée rationnelle, du comportement inné au savoir acquis. Un jeune puma abandonné en pleine nature deviendra un puma parfaitement normal. Mais un enfant qu’on abandonnerait pareillement deviendrait un sauvage méconnaissable, inapte à la vie en société. Pourtant il y a des gens pour prôner le contraire et dire que nous sommes des créatures instinctives, comme les loups. »

***********

 » Tout le monde rêve d’être un Numunum et toi à qui on offre cette possibilité , tu ne saisis pas ta chance .Quand les Indiens crèvent de faim sur leurs réserves , les Chickasaws par exemple , les Cherokees , les Wichitas , les Shawnees , les Seminoles , les Quapaws , les Delawares ….Il marqua un temps …même les Apaches et les Osages , et des tas de Mexicains aussi , tous rêvent de rejoindre notre tribut .Ils quittent leur réserve , ils risquent ´ ooibebkaru ´ , la moitié meurt rien qu’en essayant de nous trouver . Et pourquoi à ton avis ?
– Je ne sais pas .
Parce que nous sommes libres . Ils parlent comanche avant d’arriver ici , Tiehteti .En plus de leur langue , ils parlent comanche . Tu sais pourquoi ?
….Parce que les Comanches ne se comportent pas comme des femmes . »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s