Chroniques de l’oiseau à ressort, MURAKAMI Haruki

téléchargement (2)

Merci aux Editions 10/18

  • Poche, 952 pages
  • Editeur : 10 X 18 (21 août 2014)
  • Collection : LITT ETRANGERE
  • ISBN-10: 2264061367

L’HISTOIRE

Le jour où sa femme disparaît inexplicablement, la vie de Toru Okada bascule-et emporte avec elle les repères du monde. C’est dans une réalité qui s’enfuit sous d’excentriques mirages que le jeune homme s’éveille un matin. Un théâtre d’ombres débutant par de mystérieux coups de téléphone, et où se croisent peu à peu des êtres déroutants, inclassables, aux confins d’un univers guidé par le chant d’un oiseau à ressort…

MON RESSENTI

Un chat égaré, une inconnue jouant de ses charmes au téléphone, la disparition de sa femme font basculer la vie d’un jeune chômeur, Toru Okada, dans un tourbillon d’aventures. Un voyage époustouflant dans l’imaginaire murakamien, où le lecteur est invité une fois de plus à aborder des frontières inédites. C’est un thriller psychologique et fantastique à la fois. Il est très dur de résumer les livres de cet auteur inclassable.

Je crois sincèrement qu’il faut le lire pour se faire sa propre idée. Les sujets s’entrecroisent, les personnages sont tous plus étonnants les uns, les autres. Le nombre de pages peut faire peur mais ça serait une erreur, car on est tellement pris dans l’histoire, on a tellement envie de connaître la suite que l’on tourne les pages assez rapidement et sans trop s’en rendre compte on l’a fini.

L’auteur nous emmène en nous-même et nous pose  la question de la perception du Réel, du Symbolique et de l’Imaginaire. Il y a quelques belles envolées poétiques et quelques pépites de phrases qui marquent. C’est un livre que l’on adore ou que l’on déteste, je l’ai adoré.

VERDICT

Pour les fans de Murakami et de littérature japonaise, les fans de fantastique et de thriller aimeront aussi. Du grand Murakami.

EXTRAITS

 » A l’heure la plus calme, vers quatre heures du matin, je pouvais entendre distinctement pousser à petit bruit les racines de ma solitude. »

**********

 » La vérité n’est pas forcement dans la réalité, et la réalité n’est peut-être pas la seule vérité. »

**********

 » Je ne peux croire qu’à ce que j’ai vu de mes deux yeux. Les raisonnements, les vantardises, les calculs, les idéologies, les théories, tout ça, c’est pour ceux qui sont incapables d’observer la réalité de leurs propres yeux. Et la grande majorité des habitants de cette planète en est incapable. »

**********

 » Mes larmes tombaient bruyamment par terre, aussitôt absorbées par les flaques de lune. Sous les rayons laiteux, je les voyais briller, comme de magnifiques cristaux. Tout d’un coup, je me suis rendu compte que mon ombre pleurait aussi : l’ombre de mes larmes se découpait nettement sur le mur. Oiseau-à-ressort, as-tu déjà regardé l’ombre de tes larmes ? Ce n’est pas une ombre ordinaire, ça n’a rien à voir. C’est une ombre venue exprès pour nos cœurs d’un autre monde lointain. En les voyant, je me suis demandé si, en réalité, ce n’était pas mon ombre qui pleurait de vraies larmes, dont les miennes n’étaient que le pâle reflet. »

**********

 » Si les hommes vivaient éternellement, s’ils ne disparaissaient jamais, s’ils pouvaient rester pour toujours dans ce monde, en bonne santé, sans vieillir, tu crois qu’ils se tritureraient les méninges pour réfléchir, comme nous le faisons maintenant ? Nous, tu vois, on réfléchit sur tout, plus ou moins : philosophie, psychologie, logique. Religion, littérature. Est-ce que ces pensées, ces notions compliquées existeraient sur cette terre si la mort n’existait plus ? Je me demande… »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s