Les gardiens de Dieu, CERNIAC François-Xavier

téléchargement

Merci aux éditions City

  • Broché: 296 pages
  • Editeur : City Editions (20 août 2014)
  • Collection : Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2824604794

L‘HISTOIRE

Mars 2013. Philippe Mezzo disparait soudain de l’hôpital où il a été admis après une tentative d’empoisonnement.

Un an après, Claire, sa petite amie, aperçoit l’avis de recherche lancé pour retrouver un homme soupçonné de plusieurs meurtres. A chaque fois, les victimes ont été assassinées après avoir été torturées dans une église. Lorsqu’elle découvre le portrait de ce suspect, Claire n’a aucun doute : il s’agit de Philippe.

Lancée à sa recherche, la jeune femme va nager en eaux troubles, entre sociétés secrètes, agents gouvernementaux, et scientifiques fanatiques. Tous n’ont qu’un objectif : découvrir le «Mystère de Dieu». Et certains secrets ne sont vraiment pas à mettre entre toutes les mains…

MON RESSENTI

Un thriller efficace,qui tient en haleine et qui mélange habilement la science, la théorie du complot et l’ésotérisme. Ouvrir Les gardiens de Dieu c’est se garantir quelques heures d’aventures effrénées.

Une intrigue qui commence dans les années 90 sous fond de secte (la tristement connue secte de l’Ordre du Temple Solaire) et qui va évoluer dans le passé et le présent
J’ai aimé l’audace de François-Xavier Cerniac qui n’hésite pas à mélanger de vrais scandales à l’intrigue et à citer des personnalités impliquées dans certaines affaires sordides.

L’écriture est enlevée, frénétique, et précise.  J’aime lorsque dès les premières pages je n’ai plus envie de le poser et ce fut le cas ici. L’histoire se tient, les personnages sont attachants et le fait que tout soit très bien documenté apporte beaucoup à l’histoire et la rend tout à fait crédible. Tout est passionnant, captivant, il n’y a pas de temps mort et je n’ai pas repris mon souffle jusqu’à la fin.

Quel talent ! quel brio ! le mélange science, société secrète et ésotérisme est détonnant et m’a vraiment emmené.

VERDICT

Vous voulez du suspens, de la science, de l’ésotérisme, des scandales , de la politique ? Sautez sur ce thriller de haute volée.

EXTRAITS

 » Il fallait reconnaître qu’elle portait sur elle le masque de la gravité. Le même que Lionel. Il avait raison, ils avaient un fardeau en commun : le poids de leur propre vie insipide. »

***********

 » C’était un samedi soir ordinaire, un centre-ville animé par des étudiants éméchés et des quartiers alentour éteints. Laurent préférait cette activité nocturne aux périodes mornes des vacances scolaires, où Poitiers devenait une cité bien tranquille.
Trop tranquille à son goût. Mais il fallait bien admettre que les années filaient pour lui, et la cinquantaine approchait à grands pas. Déjà… C’était donc vrai : on ne voit pas passer sa vie. Et on est forcément devenu un vieux con lorsqu’on est habité par ce type de pensée.
A vrai dire, Laurent se fichait pas mal des inquiétudes qui pouvaient gagner la plupart de ses contemporains. Sa vie était rythmée par un tout autre leitmotiv que le commun des mortels.
Il oeuvrait pour une cause qui lui semblait juste, une cause qui demandait à sacrifier toute vie sociale, toute vie amoureuse.
Et, de ce sacerdoce, son regard ne pouvait que devenir extérieur à ce microcosme qui grouillait devant ses yeux. Il travaillait pourtant pour eux, pour toutes ces personnes qui lui paraissaient tellement insouciantes, mais, plus le temps passait, plus il était étranger à cette agitation.
Il pesait sur ses épaules une responsabilité qui n’avait pas encore été définie, mais dont le poids était d’ores et déjà colossal.
Les quelques moments où il se dérobait à ses travaux, il savait apprécier l’instant, et son regard se posait rarement en arrière.
Aucun regret ne l’habitait et il profitait simplement de ses courtes pauses pour savourer toujours le même plaisir à supporter son équipe de volley-ball favorite.
La transition était radicale. Passer d’une base dans laquelle régnait un silence religieux à une salle de sport bondée en pleine frénésie permettait de s’extirper instantanément d’un quotidien conçu d’un tas de lignes et de codes informatiques sans fin.
Ce soir, Poitiers avait facilement remporté son match face à Grenoble. Trois sets à zéro. Une belle victoire nette et sans bavure. Un an qu’il n’était pas revenu ici, dans cette salle à l’odeur de vieille poussière.
C’était bon de retrouver des repères du passé, de voir ressurgir des souvenirs évanouis, de respirer à l’unisson avec une foule d’inconnus.
Au fil du temps, pour une question de sécurité, les remontées à la surface demeuraient rares, mais les brèves sorties s’étaient avérées nécessaires pour conserver une santé mentale satisfaisante et pouvoir servir le projet. »

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les gardiens de Dieu, CERNIAC François-Xavier »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s