Week-end en enfer, PATTERSON James/ELLIS David

téléchargement (2)

Merci aux Editions de L’Archipel

  • Relié: 350 pages
  • Editeur : Archipel (20 août 2014)
  • Collection : Suspense
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2809815488

L’HISTOIRE

Quelques minutes après être descendues de leur jet en provenance de Berne, Abbie Elliot et ses trois meilleures amies – Winnie, Serena et Bryah – prennent possession de la suite présidentielle d’un luxueux palace de Monte-Carlo.
Le temps d’un week-end, les quatre jeunes Américaines ont abandonné mari et enfants pour s’offrir du bon temps. Au programme : casino, restaurants, boîtes de nuit et champagne à gogo…
Après une soirée bien arrosée, les quatre jeunes femmes décident de suivre leurs compagnons d’un soir sur un yacht.
Quand elles se réveillent, le lendemain matin, elles sont arrêtées sans ménagement par un groupe d’intervention de la gendarmerie et emmenées de force dans un lieu tenu secret.
Là, on les accuse du meurtre de deux de leurs compagnons de la veille… Début d’un très long cauchemar. D’autant que l’une des deux victimes est un personnage politique de tout premier plan…

MON RESSENTI

Le talent de James Patterson n’est plus à démontrer  et ce thriller ne fera que confirmer les raisons de son succès. J’ai tourné les pages sans m’en rendre compte.  Une histoire de nanas qui lasses des maris et des bambins décident de se faire un petit plaisir avec une virée à Las Vegas, ça ne pouvait que me plaire, si en plus tout tourne au cauchemar et que ça donne lieu à une enquête du tonnerre tout y est .

Un bon moment de  détente pour moi, quelques grincements de dent pour les maris qui sont des goujats de première, je comprends les femmes qui se sont fait la malle, quelques moments d’indignation face à la justice et au comportement des policiers.

VERDICT

Même si vous n’êtes pas très branché thriller, ce livre devrait vous plaire car c’est davantage un roman de suspens qu’autre chose. Un bon bol d’air, une évasion pour quelques heures à Las vegas.

EXTRAITS

 » On a beau recoller les morceaux, on court le risque d’oublier à jamais la personne que l’on était avant d’être brisée. Un peu comme une voiture à la suite d’un grave accident : une fois réparée, elle marche encore, mais plus comme avant. »

**********

 » Il est préférable de libérer un coupable que d’incarcérer un innocent. Il n’est pas de pire crime pour un État que d’emprisonner à tort un citoyen. »

**********

 » Les enfants sont incorrigibles avec leurs jouets électroniques. Internet est une belle invention, mais je n’ai jamais éprouvé le besoin de m’y connecter vingt-quatre heures sur vingt-quatre »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s