Maria Sibylla Merian, la mère de l’écologie, LELARDOUX Yannick

téléchargement (1)

Merci aux Editions Naïve

  • Album: 76 pages
  • Editeur : Editions Naïve (29 janvier 2015)
  • Collection : Grands destins de femmes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 235021365X

L’HISTOIRE

Au XVIIe siècle, une pionnière de l’entomologie allemande, Maria Sibylla Merian, va réaliser les premières études sur la métamorphose des insectes. À 52 ans, âge relativement avancé pour l’époque, elle va entreprendre, avec sa fille cadette, un voyage d’étude au coeur de la forêt amazonienne, s’affranchissant ainsi de la condition féminine de son époque. Cette bande dessinée raconte le grand destin de cette artiste-naturaliste, contemporaine de Louis XIV. Encore peu connue en France, Maria Sibylla Merian est un personnage important en Allemagne et aux Pays-Bas. Elle est considérée comme la fondatrice de l’entomologie allemande et plusieurs édifices portent son nom. On trouve même d’anciens billets de Deutchmark et des timbres à son éfigie. Les rééditions de ses illustrations d’insectes continuent aujourd’hui. Maria Sibylla Merian contrevenait par son amour des insectes au rôle attribué aux femmes de son époque, qui leur permettait certes d’herboriser en toute honnêté, mais non de se pencher sur des «bêtes impures». Grâce à son courage, son endurance et sa détermination, elle parvint à tracer son chemin: elle quitta son mari, se réfugia dans une communauté pieuse qu’elle finit par abandonner pour s’installer dans la grande ville d’Amsterdam et étudier les insectes : d’abord dans son environnement immédiat, la Hollande, puis sur un continent étranger. À 52 ans, âge relativement avancé pour l’époque, elle entreprit avec sa fille cadette un voyage d’études au Surinam (Guyane néerlandaise), en Amérique de Sud, pour explorer plus en profondeur la question de l’origine et de l’évolution des insectes. Quantité d’espèces de plantes médicinales et de papillons tropicaux du Surinam doivent leur découverte à ses représentations. L’histoire de cette femme voyageant de sa propre initiative à l’aube des «temps modernes», un siècle et demi avant les premières aventurières en crinoline, est absolument unique dans l’Histoire naturelle.

La biographie de Maria Sibylla Merian est un témoignage exceptionnel d’accomplissement de soi-même.

MON RESSENTI

Les Grands Destins de Femmes reviennent chez Naïve Livres et c’est tant mieux, je ne connaissais pas cette collection et là je vais rattraper tout ça car il y a de quoi se documenter avec des personnalités diverses et passionnantes comme  : Françoise Dolto, Diane Fossey, Coco Chanel, Isadora Duncan….

C’est donc avec bonheur que j’ai fait connaissance avec la première entomologiste femme et écologiste avant l’heure. J’ai été bluffée par la détermination et la volonté de cette jeune femme qui se rebelle contre la suprématie et les inégalités hommes femmes. Elle va se battre pour faire ce qu’elle aime et ne va pas hésiter à faire un long voyage jusqu’au Surinam pour sa cause. Il faut aussi savoir que même encore de nos jours certaines de ces illustrations sont encore utilisées.

Cette naturaliste a eu une vie passionnante et passionnée, elle a voué toute sa vie aux insectes, papillons et végétaux qu’elle étudiait et dessinait avec la particularité suivante , elle les représentait dans toutes leurs phases. Je trouve qu’elle avait aussi un coté féministe elle n’a pas hésité à tenir tête aux hommes et à quitter son mari à une époque où ce n’était pas monnaie courante et très mal vu, elle voyageait seule accompagnée d’une de ses filles.

. Son objet d’étude le plus important sera les papillons. Fascinée par leur métamorphose, de l’état de vers à soie à celui d’adulte en passant par le stade de la chrysalide. Son œuvre considérable est restée longtemps ignorée,  en raison de son caractère original. Les dessins de serpents, araignées et autres animaux qui n’avaient pas très bonne presse à l’époque « bêtes du diable ».

Le choix de mettre la vie de ces femmes merveilleuses en BD est une très bonne idée, les dessins sont beaux, les couleurs pastels vont bien avec la nature , le texte des bulles est clair et permettra au plus grand nombre de le lire . Je le conseille même aux étudiants et ados il est très accessible.

VERDICT

Une collection au top , les illustrations sont soignées, une personnalité hors du commun qu’il faut absolument connaître.

A découvrir et faire découvrir

Publicités

Une réflexion au sujet de « Maria Sibylla Merian, la mère de l’écologie, LELARDOUX Yannick »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s