Scipion, CASACUBERTA Pablo

téléchargement (4)

 

 

 

 

 

 

Merci aux Editions Métailié

  • Broché: 261 pages
  • Editeur : Editions Métailié (15 janvier 2015)
  • Collection : Bibliothèque Hispano-Américaine
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1022601450

L’HISTOIRE

Comment peut-on survivre lorsqu’on a été prénommé Hannibal par un père historien ?
Vaincu dès le départ, notre héros, lui aussi historien, n’a jamais été à la hauteur des rêves de son géniteur. Chassé de l’université, il a sombré dans l’alcoolisme et la lamentation paranoïaque. À la mort de son père, il hérite de trois boîtes au contenu hétéroclite.
Au milieu des journaux intimes et des souvenirs de l’enfance se cache le début d’un plan machiavélique qui va pousser Aníbal vers des personnages excentriques et d’anciennes amours.

Névrosé, plein de ressentiment, entraîné vers des aventures inattendues, Aníbal découvre la duplicité des tours que joue parfois la génétique. Il se retrouve alors plus proche de son père qu’il ne l’a jamais été de son vivant. Sa colère cède la place à l’empathie tandis que tout nous donne à penser que ce que nous haïssons le plus est peut-être la vision de ce que nous n’arriverons pas à être.

Un roman original où un sens du comique exceptionnel se déploie dans des plans et des rythmes variés, une littérature rare. Un plaisir de lecture absolument délectable. « Un héritage piégé donne naisqui sance à un grand roman qui se développe entre la vérité maquillée qu’on adore et la vérité sans éclat qui retient les ombres. Deux territoires, un même paysage : éblouissant, vraiment, messieurs les lecteurs. » La Nueva España

MON RESSENTI

Un super thriller psychologique qui tient toutes ses promesses , l’histoire d’un fils qui ne se sentira jamais à la hauteur des espérances de son père. Il n’aura de cesse de chercher à lui convenir. Un jour il apprend sa mort à la télévision et hérite de trois boites bien mystérieuses. A partir de là sa vie va basculer et il va se retrouver dans une histoire incroyable qui va le faire revivre et s’avérer être une délivrance.

J’ai aimé les personnages très forts, très puissants et l’histoire alambiquée qui nous tient en haleine jusqu’au bout. j’ai apprécié aussi le coté psychologique de ce thriller qui est profond et qui pose des questions sur les liens familiaux, le poids d’un parent respecté et célèbre, les non-dits, la vie de couple qui vacille, l’alcoolisme. La vie d’Hannibal est une succession d’échecs et de ratages et finalement les trois boites laissées par son père vont en quelques sortes le sauver.

Les références littéraires apportent une touche supplémentaire agréable à ce roman très construit et bien écrit. J’ai été conquise par le style de l’auteur, par son aptitude à nous faire passer du comique au tragique. C’est tour à tour émouvant et inquiétant.

Un auteur que je vais suivre de près

VERDICT

Un thriller qu’il faut absolument avoir lu , un thriller de qualité tout y est parfait.

EXTRAITS

 » Je cessai un moment de réfléchir à ce qui serait passé si mon pére s’était arrêté à temps,s’il avait renoncé à la tutelle de fer qu’il avait exercé sur moi et avait songé à partager une fois avec moi,pour prendre un exemple,un après-midi comme celui-ci,allongés dans l’herbe à parler de la vie ,comme le font les pères et les fils……….Vu l’éventail trés varié des paternités,dans lequel la contemplation du paysage se présentait comme une circonstance assez rare,je compris que ne pas nous être donné l’occasion de contempler les pâquerettes d’un champ dans un êtat de méditative harmonie était toute somme une peccadille.Nous étions juste coupables de ne pas savoir vivre,à peu près comme tout le monde. »

**********

« J’avais toujours senti que maudire mon père était une prérogative dont j’avais l’exclusivité, un droit dont personne ne pouvait me priver, car il faisait partie de mon être le plus intime. J’avais souvent dû supporter les conséquences de mon rejet dans la plus extrême solitude, entouré de foules qui suivaient partout le professeur et qui l’adoraient. Et même si j’avais imaginé que son impeccable image publique se ternirait un jour, jamais je ne lui avais souhaité le ridicule ou la honte. J’aurais préféré que mon père se rende compte de l’absurdité de son comportement sans avoir besoin que la vie le traîne dans la boue. En vérité, je souffrais quand quelqu’un se moquait de lui, sûrement parce que je savais qu’une part de cette moquerie me concernait, puisque je partageais certains de ses pires attributs, mais dans le fond j’étais aussi mal à l’aise d’assister à ces moqueries pour une raison plus obscure, parce qu’en réalité la critique méprisante était une espèce de territoire, de refuge qui m’était réservé, et que je ne voulais céder à personne. »

**********

« Car de cette demi-minute passée sous l’eau, me restait surtout l’image de ma mère, mais aussi la sensation corporelle de sa présence. Ce visage gigantesque, brillant devant mes yeux comme une visitation angélique, m’avait fait revivre cette proximité que j’avais sentie dans tant et tant de nuits froides, lorsque maman venait me border dans mon lit et caresser mes joues, en partageant avec moi la chaleur de son haleine comme une sorte d’élan vital. Et j’emploie cette expression sans aucune exagération, car pendant ces moments-là j’avais l’impression de pouvoir inhaler exactement la bouffée qu’elle venait d’inspirer et que cet air, ainsi enrichi, me protégerait pour traverser les longues incertitudes de la nuit. La sensation d’avoir un nez, et qu’il soit si près du sien, la sensation d’avoir une poitrine étroite et nouvelle, comme d’un pigeon, qu’elle emmitouflait avec soin, comme si c’était la sienne, ou même plus, comme si elle logeait dans un coin de cette minuscule cage d’os, toutes ces réminescences de la petite enfance – cette époque où avoir une mère représentait une puissance évidente, inaliénable et éternelle – avaient été réactivées d’un coup et palpitaient aux tempes, aux oreilles et au nez, comme disant : « Anibal est toujours là, caché : cherchez-le »

Publicités

3 réflexions au sujet de « Scipion, CASACUBERTA Pablo »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s