La femme qui décida de passer une année au lit, TOWNSEND Sue

téléchargement (7)

 

 

 

 

  • Poche: 455 pages
  • Editeur : 10 X 18 (17 avril 2014)
  • Collection : 10/18
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2264061650

L’HISTOIRE

Le jour où ses jumeaux quittent la maison pour entrer à l’université, Eva se met au lit… et elle y reste. Depuis dix-sept ans que le train de la vie l’entraîne dans une course effrénée, elle a envie de hurler : « Stop ! Je veux descendre ! » Voilà enfin l’occasion.Son mari, Brian, astronome empêtré dans une liaison extraconjugale peu satisfaisante, est contrarié. Qui lui préparera son dîner ? Eva ne cherche qu’à attirer l’attention, prétend-il. Mais la rumeur se répand et des admirateurs par centaines, voyant dans le geste d’Eva une forme de protestation, se pressent sous la fenêtre de sa chambre, tandis que son nouvel ami, Alexander, l’homme à tout faire, lui apporte du thé, des toasts, et une sollicitude inattendue. Depuis son étrange prison, Eva va-t-elle trouver (enfin) le sens de la vie ?

MON RESSENTI

Je pense que ce roman pourra parler à toutes les femmes actives, qui n’arrêtent pas une seconde, mènent de front vie d’épouse, de mère, de femme, assurent au travail, à la maison, en société.  Franchement, qui n’a pas eu un moment donné envie de dire stop, c’est bon ça suffit, je ne suis là pour personne , je ne fais rien  !!! Je ne sais pas pour vous mais moi ça m’a déjà tentée !!! Malheureusement … ou heureusement je suis trop mama italienne et je ne peux laisser mes enfants et mon mari se débrouiller seuls. Bon j’arrête pour le coté je raconte ma vie et je reviens au livre.

J’ai aimé le style « so british » de cet LNI (Livre Non-Identifié), il est difficilement classable , De l’humour noir, et de psychologie féminine , une plume sympathique et qui fait mouche. Je n’ai pas boudé mon plaisir à lire ce roman qui fait du bien.  Peut-être parce que moi aussi parfois j’ai l’impression que personne ne se rend compte de tout ce que je fais pour soulager le quotidien de tous au risque de passer des journées sans avoir fait une seule chose que pour moi. Alors , oui je me suis identifiée et j’ai totalement compris la démarche d’Eva. Attention n’allez pas croire que je suis malheureuse , pas du tout mais parfois on a l’impression de donner beaucoup plus que ce que l’on reçoit au retour. Et puis, comme Eva je suis parfois tellement touchée par la noirceur du monde, la souffrance, l’incompréhension et alors je n’ai plus envie de sortir, plus envie d’écouter et de voir toutes ces horreurs.

Un livre qui fait réfléchir sur sa place dans le monde, dans sa famille et dans la société, mais aussi sur ce qu’on accepte de faire pour correspondre aux attentes des autres. Elle décide de devenir aussi égoïste que son entourage, faisant de son acte presque un acte militant. J’ai adoré comment l’auteur a réussi à faire d’une histoire qui aurait pu être ennuyeuse et banale , un roman passionnant et joyeux,  j’ai aimé le style , la bienveillance de l’auteur derrière son héroïne.

On suit la transformation morale et mentale d’Eva au fil de son année passée au lit, elle change elle se dit que rien n’est très important, cherche l’humain et les qualités des personnes qu’elles méprisait, se questionne sur l’immensité du monde, apprends le pardon, la distance… Bref, elle va se transformer et transformer son entourage en même temps.

Les chapitres courts et la qualité de l’écriture et de l’histoire font qu’on ne le lâche pas et qu’on le lit d’une traite.

Une belle réussite que je ne regrette pas d’avoir lu.

VERDICT

Toutes les femmes devraient le lire car il y a de toutes les femmes dedans. Si vous aimez l’humour et les histoires peu banales et bien racontées allez y vous allez vraiment adorer

EXTRAITS

« Les études montraient que le cerveau des hommes était sensiblement plus gros. Une main féminine avait annoté en marge : « Alors, pourquoi ces salauds d’hypercérébrés sont-ils incapables de se servir de la brosse à chiottes ? »

**********

 »  » Mais pourquoi il pleure, papa? demanda Brian Junior.
– A mon avis, il est triste parce qu’on a quitté la maison « , répondit Brianne.
Brian Junior n’en revenait pas.  » Et c’est normal, cette réaction ?
– Je crois.
– Maman n’a pas pleuré quand on est partis.
– Non. Maman garde ses larmes pour les grandes catastrophes. »

**********

 » Mais Eva adorait son boulot.
Lorsqu’elle déverrouillait la lourde porte de la bibliothèque et pénetrait dans l’espace feutré de la salle de lecture, avec la lumière du matin tombant des hautes fenêtres qui éclairait les livres sagement alignés sur les étagères, elle éprouvait une telle joie qu’elle aurait même accepté de travailler sans être payée. »

**********

 » Tu n’as pas encore compris que la vie, pour la plupart d’entre nous, c’est pas une partie de plaisir ? Les moments de bonheur sont rares et y en a pas tous les jours. »

 

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s