Nous rêvions juste de liberté, LOEVENBRUCK Henri

41mKTcwXWcL

9460298-arbre-de-coeur

 

 

 

 

 

  • Broché: 423 pages
  • Editeur : Flammarion (1 avril 2015)
  • Collection : LITTERATURE FRA
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081307286

Merci à Babelio 

L’HISTOIRE

«Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.» Ce rêve, la bande d’Hugo va l’exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l’indépendance et l’amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d’être à la fois un roman initiatique, une fable sur l’amitié en même temps que le récit d’une aventure. Avec ce livre d’un nouveau genre, Henri Loevenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

MON RESSENTI

Un véritable page turner dont je ne suis pas sortie indemne. Les mots sont justes, beaucoup de sensibilité dans l’écriture. Tout y est l’histoire, les personnages, l’ambiance, les expressions j’ai tout aimé.

J’ai eu un coup de coeur pour ce livre et il y a plusieurs raisons à cela. Je me suis prise une claque et pourtant je suis habituée à lire de Loevenbruck mais là je dois reconnaître que j’ai été surprise car c’est dans un style tout à fait nouveau qui, je dois bien l’admettre lui va à ravir. J’ai été touchée, le coeur au bord des larmes dans un premier temps et puis j’ai craquée, totalement bouleversée par cette histoire d’amitié magnifique.

Dès la première page j’étais dedans, emportée par les aventures de cette bande de potes haute en couleur. Comment ne pas être transportée par cette histoire d’amitié, de recherche de la liberté ? Elle a fait écho à des souvenirs enfouis de l’adolescence , les amis à la vie à la mort, la transgression, le refus de l’ordre établi, la fuite d’un foyer familial compliqué, la soif des grands espaces. Tout ça est revenu à la surface et ça a eut un effet bénéfique, j’ai eu quelques moments difficiles ses derniers temps et ce roman est arrivé à temps , pile pour me remonter le moral, me réconcilier un peu avec ce monde de fou qui m’entoure et que je ne comprends plus. Une vraie bouffée d’air frais donc.

Henri Loevenbruck signe là un magnifique roman road-movie , un véritable hymne à l’amitié dans ce qu’elle a de plus pur de plus sincère. C’est aussi la voie d’une génération où certaines valeurs avaient encore du sens, où les conneries étaient sans comparaison avec celles d’aujourd’hui. J’aurai certainement aimé faire partie de la bande à Bohem et j’aurai adoré parler musique avec eux moi qui aime tant Led Zep.

J’ai également aimé découvrir l’univers de la moto et des bikers et surtout loin des clichés surannés sur eux. La liberté absolue a malheureusement un prix et à trop la vouloir on peut se brûler les ailes et c’est avec une certaine appréhension que l’on tourne les pages au fur et à mesure des événements. Je me suis tellement attachée aux personnages que j’avais peur pour eux.

C’est aussi un roman qui m’a interpellée sur ce que j’ai fais de ma vie, de mes rêves de lycéenne, que sont devenus les idéaux que je défendais ? Je disais déjà à mes ados qu’il fallait qu’ils profitent de ces années , qu’elles sont les meilleures mais après cette lecture je vais leur dire encore plus souvent et je vais leur prêter le livre pour qu’ils puissent en profiter aussi.

Avec ce roman je me suis évadée, j’ai respirée, prête à profiter encore plus de la vie.  Une fin bouleversante, les larmes ont coulé. Je l’ai fini il y a maintenant une semaine et je suis toujours dedans. C’est comme ça il y a les livres qui passent et laissent un souvenir fugace et ceux qui restent gravés dans les mémoires. Il est inutile de vous dire dans quelle catégorie je place celui-ci.

VERDICT

Magistral ! une claque monumentale ! juste magnifique  ! émouvant et tendre … Il ne faut pas passer à côté, si vous n’aviez qu’un livre à acheter ce mois-ci il faut miser sur celui-là

EXTRAITS

« Le désert fait partie de mes plus beaux souvenirs à bécane. Le désert, c’est du vide vachement bien décoré. Et le vide, c’est toujours de l’espace de gagné pour la liberté. »

**********

 » Quand j’y repense, ce lycée bon chrétien, c’était une sacrée fabrique à pervers en puissance. Leur Règlement et leurs leçons de morale, mine de rien, c’était plutôt contre-productif, une vraie usine à frustrations, et y’a rien de pire que de frustrer un type pour le rendre un peu marteau »

**********

« Après m’être fait renvoyer du lycée public en milieu d’année – parce que je parlais beaucoup avec mes mains dans la gueule de mes camarades »

**********

Si vous étiez un peu malin, vous finissiez par comprendre que le seul moyen de s’en sortir à moitié, c’était de fermer gentiment votre gueule à double tour, même devant les pires injustices, parce que la prison a toujours raison. Déjà que ça sert à rien de discuter avec un mur, alors avec quatre…

**********

« Dans la vie, je crois qu’il vaut mieux montrer ses vrais défauts que ses fausses qualités. Veut mieux surprendre que décevoir ».

**********

 

EXTRAITS

Publicités

2 réflexions au sujet de « Nous rêvions juste de liberté, LOEVENBRUCK Henri »

  1. Et bien je dois dire que tu me donnes fortement envie de le lire. J’ai un livre de lui c’est si je ne me trompe pas « sérum » qui est d’ailleurs dans ma PAL. Mais la vraiment ta chronique m’emporte et m’intrigue me donne envie de voyager dans cette belle amitié et tout les aléas que tu as pu lire au fil des pages. Un livre de plus à me procurer quand je le pourrais…

    J'aime

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s