Le coeur du Pélican, COULON Cécile

71wzst1JTfL

 

 

 

 

 

  • Broché: 237 pages
  • Editeur : Editions Viviane Hamy (15 janvier 2015)
  • Collection : DF-CONTEMPORAIN
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2878586018

L’HISTOIRE

La rage de vaincre. C’est le sentiment qui habite Anthime lorsqu’il court. Courir. Pourquoi ? Pour exister. Et peut-être finalement pour survivre… Lorsqu’Anthime, adolescent, arrive dans une banlieue de province avec son inséparable soeur Héléna, il craint de ne pas s’intégrer dans la petite communauté où il n’est pas attendu. A l’occasion d’une kermesse, il s’illustre par sa rapidité au jeu de quilles. Dès lors, sous la houlette de Brice, l’entraîneur obèse et bonhomme, il n’a de cesse d’être le meilleur dans ce domaine où il excelle. Il devient bientôt le « Pélican », un exemple et un symbole pour toute la région. Admiré de tous, il est adulé dans l’ombre par une voisine, Johanna. Mais c’est Béatrice, charnelle et sensuelle, qui suscite son désir. La veille d’une course déterminante, les deux adolescents se donnent enfin leur premier baiser. Mais, alors qu’il est aux portes de Une vingtaine d’années plus tard, alors qu’il est devenu un père de famille bedonnant travaillant à Pôle Emploi, il reçoit un électrochoc qui l’arrache à sa torpeur : lors d’un enterrement, il est la risée de ses anciens camarades qui le mettent – sur le mode de la vanne – au défi de traverser le pays en courant. Blessé au plus profond de lui-même, il les prend au mot et, de retour chez lui, il exhume un vélo d’appartement des décombres de son garage et commence à s’entraîner avec hargne. Pris sur le fait par sa femme, furieuse de sa révolte, il quitte son foyer et rejoint sa soeur, Héléna, qui devient la complice de ce projet insensé. Le « Pélican » trouvera-t-il en lui la force pour redevenir un champion, mais, par-dessus tout, à renouer avec l’estime de soi-même et son orgueil d’être ? « Anthime s’est arraché le coeur, le pélican s’est arraché le coeur. Et pas seulement pour moi. Je vous l’ai dit, mais vous n’écoutez pas : le monde ne sera jamais assez vaste pour accueillir des hommes comme lui. Le monde ne comprendra jamais que les grands hommes ne sont pas ceux qui gagnent, mais ceux qui n’abandonnent pas quand ils ont perdu. » Porté par une tension extrême, Le Coeur du Pélican nous parle de la gloire et de sa fragilité, du sport et de sa souffrance. Il raconte le courage et la destinée à la fois banale et extraordinaire d’un homme qui réussit, connaît le succès, tombe et se relève. Celle d’un homme qui refuse de ne pas aller au bout de lui-même. L’auteur parvient formidablement à incarner ses personnages aux prises avec leurs désirs et aveuglés par les non-dits. Comment peut-on vivre « normalement » lorsqu’on a touché des doigts la gloire ?

MON RESSENTI

Oui, je suis en retard , mais je préfère toujours lire les livres qui font beaucoup parlé avec un peu de recul pour me faire ma propre opinion et ne pas me laisser influencer par les autres.

J’ai A-DO-RE  !!! une écriture précise, sincère, ciselée, une analyse du monde sportif et de la beaufitude (je ne sais pas si ce mot existe mais c’est pas grave) aiguisée. C’est dingue d’être aussi talentueuse à seulement 24 ans , elle a tout le physique, le talent, elle est drôle, elle chante. A la distribution des qualités y en a qui ont pris du rab.

C’est l’histoire d’une ascension fulgurante et d’une chute vers le néant, l’ennui, l’amertume. Ce n’est pas qu’un livre sur la course c’est un roman sur les sentiments humains, sur la course à la réussite et au succès, la recherche de soi-même. La psychologie des personnages est pointue et terriblement bien travaillée.

C’est l’histoire d’une rage, une fougue, une colère puis d’une immense déception et d’une résignation. J’ai aimé parce que c’est bien écrit, c’est puissant , c’est beau, c’est cruel, c’est fort.

J’ai lu récemment méfiez-vous des enfants sages que j’ai énormément aimé et la magie se prolonge avec Le coeur du Pélican.

VERDICT

Un roman puissant sur lequel il ne faut pas faire l’impasse.

EXTRAITS

« Nerveux, le coeur et les tempes affolés, il s’installa sur la bande de départ, tête baissée, le pied droit en avant, la jambe gauche légèrement fléchie, et attendit le coup de sifflet. Il devait ramasser cette foutue quille avant l’autre. S’il échouait, il signait pour sept ans de sacerdoce dans un collège où tout le monde le verrait comme l’abruti qui court lentement. Il ne pouvait pas se permettre de perdre. S’il loupait la quille, les idiots le lui feraient payer, jusqu’à ce qu’il quitte le lotissement. »

**********

« Je n’aurais pas dû le suivre,je n’aurais pas dû l’aider,mais il y a tant de choses dans la vie que je n’aurais pas dû faire qui m’ont apporté du plaisir que je ne vois pas pourquoi je ne continuerais pas à commettre des erreurs.Vivre est une erreur,attendre est une erreur.Autant s’amuser un peu,autant défoncer les portes fermées et les planchers pourris.Autant être quelqu’un de fort,au lieu de vouloir,à tout prix ,être quelqu’un de bien. »
**********
« Pendant que les autres fument leurs cigarettes derrière les containers, toi tu cours. Pendant que les autres embrassent des filles pleines d’acné, toi tu cours. Tu n’as pas le droit de fumer, pas le droit de boire ta première bière, pas le droit de te coucher tard, tu n’as pas le droit de regarder un film porno chez ton pote parce que tu dois te lever le lendemain. Pendant que les autres mangent des sandwiches à la mayonnaise en reluquant des gonzesses qui sortent du gymnase, le short collé à leurs cuisses, tu fais des pomes, des séries d’abdominaux, tu cours autour d’une piste qui te donne la gerbe à force de tourner, tourner, tu ressembles à un bousier poussant une chiure de chaton. Pendant que les autres regardent des séries américaines, visitent des zoos, des usines désaffectées, jouent aux cartes, au bowling, ru comptes les dixièmes de seconde sur le chronomètre géant, tu dors à côté de ton coach qui ronfle comme un tracteur. Pendant que les autres vivent, tu survis, pour être le champion, pour voir ton visage sur grand écran, au-dessus d’une table de restaurant où tous ces autres se marrent à te regarder suer tes protéines sur une piste. »
Publicités

Une réflexion au sujet de « Le coeur du Pélican, COULON Cécile »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s