Phil Prob, ZARCA Johann

61KMGqx9K4L

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

A mille lieues des visions paradisiaques de cartes postales, l’histoire de Phi Prob prend place à Sukhumvit, quartier chaud de Bangkok et zone privilégiée par les expatriés noctambules avides de chair et de substances illicites. Après deux années passées dans la région de l’Isan, Jeff, membre de la communauté des Farangs, expats installés en Thaïlande, vient de quitter précipitamment la province pour rejoindre ses vieux amis de la capitale : Alex l’alcoolique en perdition, Tonton René, Léo le vieux Chinois, Gérard le handicapé et Duncan l’Irlandais bodybuildé. Une nouvelle vie nocturne, rythmée par la gnôle et les néons, les courtisanes et les gogos, les salons de massage et les blowjob bars. Cependant Jeff porte un lourd fardeau. Il a fui la campagne thaïlandaise, terrifié par Tai-Thung-Klom, l’esprit hideux de sa défunte épouse, morte en couches. Surtout, Jeff est à son tour infecté par Prob, un parasite redouté dans la province siamoise et connu pour s’approprier les êtres humains, ronger leurs entrailles, empoisonner leur conscience, jusqu’à la boulimie, le sadisme et le cannibalisme. Au cours de son errance meurtrière, Jeff croise le chemin de Phi Noy, la jalousie incarnée dans le corps d’une jeune fille, célèbre en Thaïlande sous le nom de Phi Tani et réputée pour décapiter les « butterfly » – les hommes volages. Un périple urbain et mystique, entre les Red-light districts de la cité des Anges et les rues sulfureuses de Pattaya City, la Sodome et Gomorrhe du Siam.

MON RESSENTI
Un roman surprenant et très sombre à ne pas lire en période de déprime. J’ai été tour à tour écoeurée, interpellée et dubitative face à cette prose nerveuse et décadente. On pourrait croire que l’auteur a voulu choquer à tout prix, qu’il a voulu surenchérir mais ça serait bien réducteur. Je pense qu’il a voulu donner à réfléchir sur la société comme elle serait sans règle, sans loi.

Il y a beaucoup de rythme dans le récit de cette déchéance thaïlandaise. L’auteur nous fait partager ce qu’il y a de plus sombre, de plus morbide, de plus immoral et il y a vraiment des  moments où l’on se sent oppressé et mal à l’aise. Je trouve que ça colle avec l’actualité où l’on voit de plus en plus d’horreur se produire, où la violence et l’horreur sont instrumentalisées par les politiques, la société et le désir de toujours avoir plus, la société de consommation qui engendre la misère et de ce fait les dérives qui en découlent.

C’est un livre qui ne plaira pas à tous et qui n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il ne laisse pas indifférent.

VERDICT

Si vous aimez les histoires proprettes et linéaires ce livre n’est pas pour vous. Convient tout à fait à des fans de romans subversifs et les ambiances déjantées.

 

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s