Le contrat Salinger, LANGER Adam

71exgWFCKmL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

Signez, vous ne risquez rien, ou presque… Journaliste désabusé, Adam Langer retrouve un jour une vieille connaissance : Conner Joyce, auteur de thrillers en perte de vitesse en pleine promotion de son dernier roman. Ce dernier lui confie avoir reçu une offre ahurissante : un homme d’affaires richissime, lui a proposé d’écrire un roman rien que pour lui moyennant une somme colossale. Seule particularité, le contrat s’assortit de certaines clauses assez particulières : 1/ le livre rejoindra la collection privée d’exemplaires uniques de l’homme d’affaire, pour lequel ont déjà travaillé des écrivains aussi prestigieux que Thomas Pynchon, Norman Mailer ou J. D. Salinger… et n’en sortira jamais. 2/ Le propriétaire se réserve le droit d’exiger de l’auteur quelques modifications de son cru. 3/ l’accord doit rester absolument secret. Bientôt, et tandis qu’un Conner visiblement aux abois s’obstine à tout raconter à son ami – lequel se passerait bien de ces révélations –, l’histoire prend une tournure des plus inquiétantes : l’offre n’a évidemment rien de philanthropique, et le contrat désormais signé aura des conséquences imprévues.

MON RESSENTI

Un roman noir vraiment addictif, dès la première page j’étais dedans. Il est très original car il y a des histoires dans l’histoire et toutes tournent autour du milieu littéraire et de l’édition.  Un journaliste va se retrouver à écrire pour un écrivain en perte de vitesse mais il ne sait pas dans quel bourbier il se met en acceptant de signer un contrat pour le moins bizarre. Les chapitres alternent entre les points de vue et la vie de chacun des protagonistes.

Je ne pouvais plus le reposer et je l’ai lu d’une traite en une après-midi tellement j’avais envie de connaître la suite et de découvrir comment tout cela allait finir. J’avais tout de même un peu peur du final car bon nombre de romans m’ont énormément plu mais la fin bâclée.  J’avais tort ici le final est émouvant et aussi soigné que le reste.

Les ingrédients du roman noir sont bien tous présents y compris une bonne dose de paranoïa. J’ai adoré l’écriture de l’auteur efficace, énergique avec une pointe de cynisme.

VERDICT

Un super roman noir tirant vers le thriller. Je le conseille vivement , je suis décidément assez charmée par le catalogue de Super 8 Editions.  Laissez-vous aller et entrez dans un monde impitoyable .

EXTRAITS

« Mais le monde avait changé depuis que Conner avait commencé à écrire. Désormais, il suffisait d’avoir vu Les Experts pour se déclarer spécialiste en médecine légale. Le genre d’approche très détaillée qu’il avait adoptée n’était plus son seul apanage. Aujourd’hui, le public tenait tout ça pour acquis. D’ailleurs, certains lecteurs attentifs avaient déjà commencé à dénicher quelques petites erreurs dans ses textes – intrigues bancales, rues mal nommées, argot de flic démodé – et les avaient postées sur internet, sur des sites de fans, notamment, où les critiques s’avèrent en général bien moins indulgentes que les magazines papier. »

**********

« Écrire l’histoire d’un crime qui tourne mal, ce n’était pas très difficile. Il en avait tellement lu, de ces romans de gare pas crédibles pour un sou où les flics comme les criminels semblaient avoir été construits sans la moindre recherche préalable. Il lui suffisait de penser à ces romans de James Patterson ou de David Baldacci, parcourus en diagonale: ridicules, tous. Sans parler de ces épisodes de la série Law and Order. »

*********

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s