Les armées, ROSERO Evelio

617AGsv8HKL

 

 

 

SORT LE 21 JANVIER 2016

 

 

L’HISTOIRE
La vie pourrait sembler idyllique à San José, petite bourgade colombienne, où Ismael, un vieil instituteur à la retraite, coule des jours paisibles avec sa femme Otilia. A la grande honte de celle-ci, il passe ses journées à cueillir des oranges et à épier sa belle voisine qui se prélasse nue au soleil. Mais lorsque des bandes armées que rien ne distingue – paramilitaires, guérilleros, narcotrafiquants – font irruption, tout se déglingue. Des habitants sont sauvagement assassinés, d’autres enlevés, des rançons sont réclamées par les ravisseurs, la peur règne sur les esprits. Ismael commence à perdre la mémoire et la raison, il ne retrouve plus le chemin de la maison, ne reconnaît plus les visages, il s’égare dans ses souvenirs et dans les rues du village à la recherche de sa femme qui a disparu. Les habitants s’enfuient, mais il décide de rester au milieu des ruines pour attendre le retour d’Otilia, sa seule et dernière boussole. Vieillard titubant, pathétique, bredouillant, mais révolté jusque dans son propre délire, Ismael est le narrateur de ce chaos sanglant où le village de San José apparaît comme un concentré chauffé à blanc d’une Colombie ravagée par la violence et les prises d’otages.

MON RESSENTI

Un auteur que je ne connaissais pas, je continue mes découvertes dans la littérature Hispanique et j’aime plutôt bien jusque là. C’est ici un roman court qui commence légèrement, tout est beau et tout à coup tout bascule dans la violence. Et là j’ai eu du mal à suivre, tant de factions différentes. On suit Ismael qui a 70 ans et qui est le narrateur de l’histoire, il revient dans son ancien village et ne reconnait plus rien.

Ce qui est terrifiant c’est de se dire que la population colombienne de nos jours vit encore dans ces conditions et subit la violence de la guerilla. Il y a malgré tout dans ce chaos de l’espoir et le narrateur ajoute une touche d’humour nécessaire tant le reste est désespérant.

Un livre suffoquant, dur et qui fait tristement écho aux événements actuels. J’ai bien aimé mais je ne pense pas que je le relirai.

VERDICT

Devrait plaire aux lecteurs de drame et  de roman où la violence a une grande part.

  • Poche
  • Editeur : Editions Métailié (21 janvier 2016)
  • Collection : Suites

EXTRAITS

«Comment puis-je rire alors que je n’ai qu’une envie ; de dormir et ne pas me réveiller ? C’est la peur, cette peur, ce pays que je préfère carrément ignorer en jouant les idiots avec moi-même pour rester vivant, ou avec l’envie apparente de rester vivant, car il est fort possible que je sois mort et bien mort, en enfer, et j’en ris. »

**********

« Il y a moins de deux ans on comptait près de quatre-vingt-dix familles, mais avec l’arrivée de la guerre – narcotrafic et armée, guérilla et paramilitaires – seize seulement sont restées. Beaucoup de famille ont été décimées, les autres ont dû partir de force et, depuis, qui sait combien de familles vivent encore là-bas. »

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les armées, ROSERO Evelio »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s