Journal d’un vampire en pyjama, MALZIEU MAthieu

41wgTGzNV6L    9460298-arbre-de-coeur

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur. » Mathias Malzieu

MON RESSENTI

Un immense coup de coeur , comme souvent pour la prose de Mathias Malzieu. Il y a tellement de sensibilité, de justesse, de beauté dans son écriture pourtant simple, j’ai été conquise dès les premières pages. Comme d’habitude son univers me fait penser à du Tim Burton. L’histoire n’est pas drôle puisque l’auteur y raconte sa lutte contre la maladie  du sang qui a touché sa  moelle osseuse contre laquelle il s’est battu pour la vaincre.  Lire les livres de Mathias Malzieu c’est toujours une aventure, une expérience unique et surtout la garantie de n’avoir aucune envie de poser le livre tant qu’il n’est pas fini. Comment réagir lorsque l’on vous annonce  que vous avez une maladie grave et que vous allez devoir renoncer à tout contact et effort physique ? quand on vous annonce qu’il faudra vous transfuser ? En un instant, sa vie va basculer et il va connaître les hôpitaux, les transfusions, les examens, les lits, la nourriture des hôpitaux.

C’est un hommage tout en poésie au personnel hospitalier et une ode à la vie, à la guérison et à l’amour aussi. C’est un témoignage touchant, poétique, courageux ,emplit d’espoir et de reconnaissance . Ce qui est habituel pour qui a déjà lu un livre de l’auteur c’est que l’on passe aisément du rire aux larmes . J’ai traversé une palette assez large d’émotion et ce témoignage m’a renvoyé à mon propre rapport à la maladie.  Je suis toujours touchée par les mots de l’auteur, il fait mouche à chaque livre, je  ne suis jamais déçue, il y a quelque chose d’attachant et de très sensible qui me touche vraiment au coeur.  Je ne saurais expliquer pourquoi il me touche autant, pourquoi ses mots me parlent et m’emporte loin, très loin dans les méandres de la mélancolie mais de la joie aussi . J’espère qu’il y aura encore d’autres livres, d’autres aventures, que Mathias Malzieu continuera d’être un adulte resté un enfant.  Je pense que la sincérité touche toujours et qu’on sait la reconnaître et l’auteur est sincère .

Un grand roman qui m’a transportée très loin dans la beauté des mots et la plume magique de l’auteur que j’adore vraiment.

VERDICT

COUP DE COEUR de dingue pour ce témoignage puissant et onirique  ! J’adore , une pépite de chez pépite.

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (27 janvier 2016)
  • Collection : ESSAIS DOC.

EXTRAITS

« Apprendre à faire le con poétiquement dans le cadre austère du couvre-feu que je dois respecter. Doser l’espoir au jour le jour. Transformer l’obscurité en ciel étoilé. Décrocher la lune tous les matins et aller la remettre en place avant la tombée de la nuit. Un vrai boulot de néo-vampire. « 

**********

 » La poésie est le dessert de l’esprit, l’humour en est le fruit. »

**********

 »  Je viens de traverser l’enfer en stop. Le véritable enfer. Pas celui avec du feu et des types à cornes qui écoutent du heavy métal, non, celui où tu ne sais plus si ta vie va continuer. »

*********

 » J’enlève mes habits pour l’irradiation. Il fait froid. Le silence est assourdissant. Il faut rester allongé sur un lit métallique. Ne pas bouger. Se faire fusiller sans bruits. A peine quelques vibrations. Toujours pas bouger. Vingt minutes….Je suis une tartine dans un grille-pain. J’attends le moment de sauter. Je ne saute pas. Me contente de cette petite brasse immobile en mer nucléaire pour compléter le travail de destruction massive. »

**********

 » C’est ‘idiopathique’ comme ils disent, on n’en connaît pas la cause. J’imagine que mes excès de nuggets-crêpes et autre Coca avec un peu de whisky dedans ont quelque chose à voir avec tout ça, mais apparemment pas. Le Rock’n roll ? La mélancolie ? Le chagrin d’amour ? La joie enragée ? Le sommeil bâclé ? Le deuil raté ? Le nutella ? Non plus. C’est une loterie, un accident biologique. Ça peut arriver à tout le monde et ça n’arrive à presque personne. Une centaine de cas seulement en France. Pour la plupart des enfants ou des personnes âgées. Je suis un collector. »

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s