Le temps des bohèmes, Dan Franck

41MltQzu7hL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Le temps des Bohèmes est le roman vrai des aventuriers de l’art moderne entre les deux guerres, quand Paris était encore la capitale du monde. Première saison : Bohèmes. Sur les trottoirs de Montmartre et de Montparnasse, entre le Bateau-Lavoir et la Closerie des Lilas, allaient les sublimes trublions : Jarry, son hibou et ses revolvers, Picasso sympathisant anarchiste, Apollinaire l’érotomane, Modigliani et ses femmes, Max Jacob et ses hommes, Aragon le flambeur, Soutine le solitaire, Man Ray, Braque, Matisse, Breton et les autres… Ils venaient de tous les pays. Ils étaient peintres, poètes, sculpteurs, musiciens. Fauves, cubistes, surréalistes, fêtards, amoureux – libres. Pendant trois décennies, ils menèrent le bal des plumes et des pinceaux. Ils y convièrent des brocanteurs devenus marchands, des couturiers-mécènes, une poignée de milliardaires, des filles de rues peintes comme des princesses. Leurs vies sont flamboyantes comme leurs ouvres. Et leurs ouvres, belles comme la vie. Ils demeurent à jamais les personnages de leurs propres légendes. Deuxième saison : Libertad ! Une fresque dont les héros s’appellent Malraux, Saint-Exupéry, Dos Passos, Prévert, Hemingway, Orwell, Dali. Un kaléidoscope d’enthousiasmes et d’illusions tendu entre la montée du fascisme et la guerre d’Espagne. Ce sont des temps déraisonnable : là, Aragon vend son âme à Staline ; ici, Gide pontifie aux obsèques de Gorki ; ailleurs, Gala passe des bras d’Eluard à ceux de Dali tandis que Picasso peint et que Robert Capa photographie tout ce qui bouge – ou meurt. Nous sommes entre Paris, Madrid, Berlin et Moscou, dans une époque qui hésite avec désinvolture entre l’espoir et le chaos. Troisième saison : Minuit. De la débâcle de 1940 à la Libération, voici l’épopée des écrivains, des artistes et des intellectuels sous l’Occupation.Char, Paulhan, Vercors, Sartre et Beauvoir, Camus, Picasso, Cocteau, Aragon et Elsa, Matisse, Prévert, Desnos, Saint-Exupéry, Prévost, Drieu La Rochelle, Beckett, Marc Bloch, Mauriac et tant d’autres : le grand bal de la France qui écrit, peint, dessine, filme, joue, publie, collabore, résiste, s’accommode. Tel un metteur en scène, Dan Franck nous entraîne dans sa ronde : de Paris à Marseille dans la débandade de l’exode, de Marseille à New York dans les bateaux de l’espoir, de Paris à Berlin dans les trains de la honte, des gares de la déportation aux camps de la nuit et du brouillard, on partage avec admiration, stupeur ou incrédulité les destins croisés de cette génération dont la tragédie de l’Histoire a transformé la vie en roman.

MON RESSENTI

Très curieuse et un brin effrayée par le nombre de pages, je me suis lancée dans la lecture longue et fastidieuse de cette fresque artistique.  L’auteur a dû faire de très nombreuses et minutieuses recherches pour en arriver là. J’ai un avis mitigé sur ce livre car le sujet m’intéresse et il est bien écrit mais il y a trop de noms et on s’y perd parfois un peu dans tout ça.

Cela dit c’est plaisant d’en apprendre plus sur des personnages qu’on apprécie, pour moi Prévert, Saint-Exupéry, Mauriac entre autres. C’est donc ici, la totalité de la trilogie de l’auteur.  On voit l’avènement de certains courants comme le dadaïsme, certains faits historiques, l’évolution des mentalités, les progrès dans divers domaines. Ce qui fait que ce n’est pas seulement une fresque artistique mais aussi sociologique et historique. C’est truffé d’anecdotes et de petites histoires qui font qu’on ne s’ennuie pas et que le livre ne nous tombe pas des mains car on a envie de continuer et d’aller à la pêche aux histoires. C’est aussi une ode à Paris et en particulier Montmartre et sa célèbre butte.  Il est plaisant de voir comme Paris a pu être la capitale mondiale de l’art ce qui n’est plus vraiment le cas malheureusement. De plus, j’ai le sentiment que les artistes étaient plus libres, plus accessibles ce qui n’est pas toujours le cas de nos jours.

lire ce livre c’est voyager, c’est s’immerger dans le Paris artistique à son apogée, c’est traverser le temps et l’espace pour se fondre dans la masse des grands artistes de notre siècle. Vertigineux et enrichissant .

Le temps des bohèmes a été porté à l’écran, dans une série de six épisodes mêlant  archives et animations, sous le titre Les aventuriers de l’art moderne. Je ne l’ai pas vu mais ça m’a donné envie de la regarder pour compléter mon aventure.

VERDICT

A tout les passionnés d’art, de Paris et de littérature ce livre est pour vous c’est un fabuleux voyage qui vous attends.

  • Broché: 1216 pages
  • Editeur : Grasset (14 octobre 2015)
  • Collection : Littérature Française
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s