Newland, Stéphanie Janicot

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Suite aux mesures drastiques prises durant les siècles précédents, l’Europe devenue Newland vit désormais en paix et en harmonie. Chaque citoyen se voit orienté à quatorze ans vers la filière qui correspond le mieux à ses inclinations. Depuis l’enfance, au vu de ses performances, Marian est assurée d’être dirigée vers un domaine intellectuel. Aussi éprouve-t-elle un véritable choc à ne pas y être admise et un sentiment d’injustice qui va la conduire à transgresser les lois de Newland et en découvrir le fonctionnement, au risque de s’y briser. Roman d’anticipation autant que roman d’apprentissage, Newland nous plonge au coeur des questionnements les plus brûlants qu’Aldous Huxley, avec Le Meilleur des mondes, avait posés en son temps sur notre devenir et sur les dérives qui aliènent, au nom du bonheur et de l’égalité, la notion même de liberté.

MON RESSENTI

Un livre dystopique sur ce que pourrait être la vie dans le futur que ce soit politique ou social. C’est à la fois addictif et terrifiant , les enfants conçus dans des matrices, la répartition des métiers en fonction des caractéristiques physiques . Est-ce que l’instauration de l’égalité pour tous est finalement possible et est-ce mieux ?

Dès leurs plus jeunes âges, les enfants sont sélectionnés et attribués à des familles suivant des castes et des corps de métiers. Ca m’a rappelé 1984 et plus récemment divergente.  Bien sûr, tout ce parfait équilibre va vaciller quand Marian , l’héroïne va se rebeller et chercher à comprendre le fonctionnement de cette société à laquelle elle ne veut pas adhérer.  J’ai vraiment apprécié l’idée , l’écriture, les personnages et comment tout est amené. Il y a aussi un coté initiatique que j’aime bien aussi.  Je pense que ce roman a toutes les chances de plaire aux adolescents et aux amateurs de littérature Young Adult .

Ravie de l’avoir lu je vais le conseiller à mes ados car il pose certaines questions sur la liberté, l’uniformité, la génétique, la justice. Vraiment sympa et j’aime le fait qu’il fasse appel à notre réflexion et imaginaire.

VERDICT

Un bon roman dystopique qui plaira à tout les amateurs du genre et aux adolescents . De belles heures de lecture en perspective si vous l’achetez

  • Broché: 297 pages
  • Editeur : Editions Albin Michel (2 mars 2016)
  • Collection : LITT.GENERALE
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s