Bad land, Frédéric Andrei

51EvLHx63fL

 

 

L’HISTOIRE
Plutôt mourir que de renoncer à la terre de ses ancêtres ! Indienne blackfoot aussi butée que richissime, la belle Tina est prête à tout pour racheter ces terres aux Blancs et les restituer à sa communauté. Sur le point d’accoucher, elle part braver les blizzards du Montana pour récupérer, avant qu’il ne soit trop tard, ces milliers d’hectares et leur précieuse mine d’or, objet de toutes les convoitises. Laissant son mari, l’ex-journaliste Nicholas Dennac, sans nouvelles et fou d’inquiétude. Témoin d’un attentat perpétré en plein rodéo à Las Vegas, Nicholas se retrouve pendant ce temps dans le collimateur du FBI, qui le soupçonne d’en savoir un peu trop sur cette affaire pas très claire… Accrochez-vous ! Du Nevada aux montagnes enneigées de Dickey Creek, entre traque terroriste, magouilles politiques, grizzly affamé et reconquête de biens volés, un polar nerveux et jubilatoire de Frédéric Andrei où l’on retrouve le couple déjanté de Riches à en mourir.

MON RESSENTI

Un avis mitigé sur ce livre que je me faisais pourtant une joie de lire, d’autant plus que j’aime les histoires où il est question d’indiens et de grands espaces. Déception en demi-teinte car si j’ai aimé l’histoire , je n’ai en revanche, pas aimé le style et les longueurs.  Quel dommage ! il y avait pourtant du potentiel. Je l’ai d’ailleurs pas lu d’une traite mais en plusieurs fois tant il m’a pas captivée. Je n’ai pas détesté, non mais je n’étais pas spécialement pressée de me replonger dedans.  J’ai pas aimé le personnage de cette bimbo qui revient aux sources c’est tellement peu probable. Par contre, le Montana et le Nevada sont très bien décrit, il y a de belles lignes sur les paysages.

Bon il s’agit d’un polar donc il y a quand même un certain rythme mais qui est freiné par des longueurs inutiles, la fin n’est pas étonnante mais elle fonctionne quand même. Ce n’est pas un livre qui me laissera un souvenir impérissable aussitôt refermé aussitôt oublié. J’avais nettement préféré le livre précédent de l’auteur  » belle à  en mourir ».

VERDICT

Un polar  tendance thriller qui n’est pas indispensable pour moi, mais peut plaire aux fans de grands espaces et des indiens.

  • Broché: 350 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (30 mars 2016)
  • Collection : LITT.GENERALE
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s