La marque et le vide, Paul Murray

41sC+BiUtGL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
À Dublin, en 2008
Claude Quitté a sa morne banlieue parisienne versez Gagner l’eldorado européen: l’Irlande. Et plus précisement Dublin. Et plus encore précisement, la Bank of Torabundo, Un de bureaux ETABLISSEMENTS Qui a pignon sur rue en this âge d’or du Tigre celtique.
Tous les matins, Claude et ses Collègues papotent, les yeux RIVES sur l’écran versez les cours guetter et les Taux, boivent le café à dix heures, descendant déjeuner à midi au resto bio du coin, et le vendredi, c’est « jour casual ». Pour Claude, le rêve. Et tout CECI aurait pu perdurer si factors Deux n’avaient pas bouleversé sa vie: 1) la crise financière et 2) un écrivain raté prénommé Paul. La crise. Certes. 2008, la bulle immobilière Qui éclate en Irlande, la Grèce Qui commence à sombrer. MAÏS écrivain non? Claude ne le connait ni d’Eve ni d’Adam! Oui mais voilà, Paul, Longtemps en panne d’inspiration, un projet d’écoulement d’ Écrire Un livre sur la Vie d’un monsieur tout-le-monde, et Claude en un spécimen à parfait, insignifiant juste comme il faut, englué gentiment routine à la banque. Dans de Incroyable, se dit Claude en découvrant CE potentiel insoupçonné!Devenir un héros de roman! Le début de la gloire! Ou le début des ennuis …

MON RESSENTI

Portrait d’une société où tout marche à l’envers, banque, crise financière, immobilier… C’est une critique de la modernité à tout prix , de la société actuelle que nous propose l’auteur. Je n’ai pas trop aimé ce livre, je n’ai rien à reprocher à l’écriture ni au style mais c’est le sujet qui m’a vraiment pas captivée. Il faut dire que le milieu de la banque, la finance et tout ça m’exaspère au plus haut point. Et ce n’est pas ce livre qui y a changé quelques choses.  Je me suis ennuyée, je n’ai rien retrouvé des précédents livres de l’auteur, rien de ce qui a fait que j’ai eu envie de lire celui-ci.

A vrai dire il m’est tombé des mains, j’ai mis un temps fou à le lire parce que je mets un point d’honneur à finir les livres commencés. Peut -être ne suis-je pas le public visé, peut-être que c’est une question de timing pour moi.

VERDICT

Je n’ai pas aimé mais il plaira peut-être à ceux que l’argent, la banque et la finance passionnent.

  • Broché: 576 pages
  • Editeur: Belfond (21 avril 2016)
  • Collection: Littérature étrangère
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s