Dire nous, Contre les peurs et les haines, nos causes communes, Edwy Plenel

41gsXZMKtFL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Dire « nous », c est inventer tous ensemble le « oui » qui nous manque, celui d un peuple réuni dans sa diversité et sa pluralité autour de l urgence de l essentiel : la dignité de l homme, le souci du monde, la survie de la terre.

Le « nous » de l égalité, sans distinction d origine, de condition, d apparence, d appartenance ou de croyance. Le « nous » des causes communes où s invente concrètement l espérance, là où nous vivons, là où nous travaillons, dans tous ces lieux où nous faisons déjà route ensemble. Le « nous » des audaces démocratiques, sociales et écologiques sans lesquelles il n est pas de confiance retrouvée dans un avenir partagé.
Ce « nous », seul capable d enrayer la machine infernale qui met la France en guerre contre elle-même, en inventant des boucs émissaires. Ce « nous » qui fera enfin barrière aux divisions où, par la haine, le rejet et la peur, se perpétue la domination d une minorité et la dépossession de la majorité. Ce « nous » où s inventera un espoir commun, dans la délibération collective, plutôt qu une aventure personnelle, avec son cortège de déceptions et d amertumes, tant le « je » présidentiel ruine la confiance démocratique en confisquant la volonté du peuple.
Dire nous fait suite à Dire non, paru en 2014. L alarme qui l animait alors est, hélas, encore plus justifiée aujourd hui. Les tenants du repli identitaire, du racisme banalisé, de la xénophobie assumée tiennent le haut du pavé médiatique tandis que nos gouvernants leur cèdent du terrain en nourrissant le terreau des peurs et des haines. Leurs renoncements sociaux et leurs régressions démocratiques, leur manque de hauteur et leur absence de vision, leur soumission aux intérêts minoritaires de l oligarchie financière sèment le désespoir et la colère. Prisonniers du court terme et obsédés par leur survie, ils ne mènent pas la bataille des idées. Pis, par frilosité, conformisme ou aveuglement, ils ne cessent de reculer face aux idéologies renaissantes de l inégalité et de l identité, destructrices de la promesse concrète d une République démocratique et sociale. Eux-mêmes gagnés par la peur devant l inconnu et l incertain, ils s avèrent incapables de proposer un imaginaire rassembleur, réduisant la politique à l économisme, sa vitalité à une statistique, son ambition à la gestion.
Il est temps de dire « nous », et de tracer une autre route, celle d une civilisation du partage et de l échange, de la délibération et de la relation, de l égalité et de la solidarité.

MON RESSENTI
Un livre clair et où l’auteur ne cesse d’insister sur la nécessité de dire nous, d’arrêter de penser de façon individuelle, de se débarasser du racisme et de l’islamophobie. C’est donc avec un message de paix et d’universalité qu’Edwy Plenel nous interpelle. J’ai aimé le sujet et je partage bon nombre des préoccupations écologiques, économiques et sociales de l’auteur mais j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de répétitions et de redites et cela m’a un peu génée. Je pense que le livre aurait très bien pu faire moitié moi de pages sans les répétitions. Par contre, rien à dire sur le fonds humanistes et réfléchi, rien à dire sur la forme. En effet, l’auteur prends soin de citer ses sources, de parsemer son argumentaire par des citations fort à propos, il fait aussi des rappels historiques qui sont nécessaires à la compréhension de ce que nous vivons actuellement en France.

Ici, il est dit qu’il faut se débarasser de la peur et la haine de l’autre largement instrumentalisée par les médias et les politiques. Diviser pour mieux régner tel est le souhait de nos dirigeants. C’est un plaidoyer pour le vivre ensemble, pour que cesse l’acceptation du prêt à penser et le repli identitaire dangereux pour notre démocratie et notre libre arbitre. Il faut arrêter avec la glorification du capitalisme, la peur irraisonnée de ce que l’on ne connait pas , de ce qui est différent.

Je salue le courage et le combat de l’auteur et je le soutiens dans son projet humaniste et rassembleur, dommage qu’il tourne parfois en rond et se répète autant. C’est un texte nécessaire alors que le peuple français est englué dans la résignation et la haine de l’autre, il remet les pendules à l’heure et démontre avec force d’argument que ce n’est pas le bon chemin, qu’une autre voie est possible.  Il faut se battre contre la censure et la surveillance des citoyens et ne pas se tromper de colère ni de responsables de la situation actuelle.

VERDICT

Un livre nécessaire et plutôt court qui fait bien la synthèse de ce que pourrait être la France et le peuple français.

  • Broché: 204 pages
  • Editeur : DON QUICHOTTE (3 mars 2016)
  • Collection : NON FICTION
Publicités

2 réflexions au sujet de « Dire nous, Contre les peurs et les haines, nos causes communes, Edwy Plenel »

  1. Je vous remercie c’est très encourageant ce genre de commentaire. J’espère que ce genre de livre servira à pacifier les choses et à faire réfléchir sur le repli identitaire et autres dérives qui font perdre de l’éclat à la nation française.

    J'aime

  2. Je suis en train de le lire, je suis à 300% d’accord avec votre verdict, ce livre est nécessaire! Je trouve également le livre très répétitif dans son propos, mais c’est à chaque paragraphe en insistant un peu plus sur un nouvel aspect, prenant un nouvel angle de vue. De plus, le style d’Edwy Plennel est très agréable, même si le livre est à lire à tête reposée!
    Vous dites « Ici, il est dit qu’il faut se débarasser de la peur et la haine de l’autre largement instrumentalisée par les médias et les politiques. Diviser pour mieux régner tel est le souhait de nos dirigeants. C’est un plaidoyer pour le vivre ensemble, pour que cesse l’acceptation du prêt à penser et le repli identitaire dangereux pour notre démocratie et notre libre arbitre.  » Le message de Plennel est extrêmement bien résumé!

    Aimé par 1 personne

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s