Picasso amoureux, Frédéric Ferney

41yOAHNMXPL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
On ne peut dissocier Picasso des femmes qui ont traversé sa vie.Elles n’étaient pas seulement des modèles mais aussi des inspiratrices de l’ombre, apparaissant dans ses tableaux, figuratifs, cubistes ou surréalistes, tristes ou triomphantes, torturées ou sereines…Ses trois principales sources d’inspiration sont la femme, le sexe et la guerre. « Au fond, il n’y a que l’amour », disait-il. Mais un amour dévorant qui en a laissé plus d’une pantelante. « Les femmes de Picasso sont des esclaves », affirmera le peintre Gaston Chaissac. Frédéric Ferney a identifié sept muses qui correspondent chacune à un moment de son oeuvre : la période bleue avec Germaine, la période rose et le cubisme avec Fernande, le temps des collages avec Eva, le surréalisme avec Olga, Guernica avec Dora…Il nous raconte leur destin, parfois heureux, souvent tragique.

MON RESSENTI

C’est le deuxième que je lis de la collection vraiment fabuleuse « Les inspiratrices de l’ombre », c’est encore un bonheur de lecture. Nul besoin d’aimer particulièrement Picasso (ce qui est d’ailleurs mon cas, je n’aime quasiment que sa période bleue, je me rappelle d’ailleurs un tableau dans le salon lorsque j’étais enfant et que j’aimais particulièrement) pour apprécier ce petit bijou. J’adore les illustrations, le format, le contenu , le petit marque page comme avant, tout est superbe et invite à la lecture. J’en ai appris un peu plus sur le coté méconnu de ce peintre mondialement connu. On se rend compte qu’il doit beaucoup à ses muses qui l’ont inspiré chacune à une période donnée.

Ici l’auteur s’attarde sur les huit femmes inspirantes qui ont fait Picasso, 7 femmes -7 périodes : rose, bleue, collage, cubisme, surréalisme, Guernica… Loin d’être idylliques les différentes histoires d’amour se sont souvent soldées par des drames. Il aimait les jeunes femmes belles et graciles, il jetait son dévolu dessus en faisait ses modèles et les happait , jusqu’à s’en lasser et les laisser brisées.  On y entrevoit aussi l’importance de l’amitié dans la vie du peintre, ainsi que la place que la guerre d’Espagne a eu et ses répercussions sur son oeuvre. J’ai découvert avec surprise qu’il écrivait des poèmes et qu’il s’était même essayé à l’écriture de pièce de théâtre.

L’écriture est fluide et agréable, pas rébarbative du tout et c’est heureuse que je l’ai fini car j’ai vraiment appris des choses et eu l’impression d’être privilégiée d’être entrée un peu dans l’intimité de ce monstre de la peinture.

VERDICT

Amoureux de Picasso ou amoureux de la vie tout simplement , ce livre est pour vous. Offrez-le, il est beau et bien documenté. J’adore cette collection

  • Relié: 116 pages
  • Editeur : Rabelais Editions (14 mai 2016)
  • Collection : Les inspiratrices de l’ombre
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s