Les rives de la terre lointaine, Sarah Lark

41J9n9n6vEL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Irlande, 1846. A 17 et 19 ans, Kathleen et Michael sont amoureux. Ils ne rêvent que d’une chose : quitter leur île natale pour rejoindre les Amériques, y fonder une famille et commencer une vie nouvelle. Car Kathleen est enceinte…
Mais ces projets s’effondrent quand Michael est arrêté pour avoir volé du pain. Il est alors envoyé en Australie pour y purger sa peine. Au cours de la traversée, il fait la connaissance de Lizzie, une jeune prostituée.
Pendant ce temps, Ian Coltrane, un vendeur de bétail, demande en mariage Kathleen, inconsolable depuis le départ de son amant. Ses parents acceptent sans hésiter. Les jeunes époux partent alors tous deux pour la Nouvelle-Zélande, dans l’espoir d’y faire fortune.
Hélas, Ian se révèle vite cupide et violent. De son côté, Michael – qui ne cesse de penser à Kathleen – est courtisé par Lizzie. Pour échapper au sort qui les attend, ils décident tous deux de s’enfuir pour la Nouvelle-Zélande.
Le destin saura-t-il réunir Michael et Kathleen ?

MON RESSENTI
Au risque de surprendre, je ne connaissais absolument pas l’auteur dont c’est ma première lecture et je peux déjà dire que ça ne sera pas la dernière. Une histoire d’amour passionnante qui débute en Irlande et se finira en Nouvelle-Zélande en passant par l’Australie. Une histoire d’amour contrariée, des personnages attachants, on éprouve beaucoup d’empathie dès le début pour le couple de Kathleen et Michael, on a le coeur déchiré lorsque Michael se fait arrêter alors qu’ils allaient partir vivre leur vie sous de meilleurs hospices, on est tellement triste que Kathleen se voit obligée d’épouser un éleveur qui va se révéler être un salaud de première.  Alors, on tourne, on tourne les pages en espérant qu’il va se passer quelques choses pour qu’elle retrouve Michael.

J’ai été littéralement transportée à des milliers de kilomètres de chez moi, totalement dépaysée par les lieux, l’histoire, une histoire romantique mais pas cul-cul, une aventure que j’ai pris plaisir à suivre. La plume est vraiment belle  et agréable à lire. J’ai aimé suivre les personnages sur 17 ans, ils se rapprochent mais il y a toujours un événement qui fait qu’ils ne se retrouvent pas, le lecteur est tenu en haleine car c’est tout ce qu’il espère ce moment où l’amour triomphera de l’adversité.  De nombreux thèmes sont abordés le manque, la mémoire, la famine, la pauvreté, le renoncement, la résolution, les rêves … Bien que l’intrique se passe en 1840 , on a l’impression que c’était hier car ce sont des messages et des situations intemporelles.

Un peu de romantisme qui est arrivé à point nommé entre d’autres lectures moins légères et moins dépaysantes.

VERDICT

Les fans de grands romans épiques, de grandes histoires romantiques, d’amour contrarié ce livre est pour vous. Ceux qui partent en vacances et ont envie de lire un roman sympa n’hésitez pas.

  • Broché: 650 pages
  • Editeur : Archipel (8 juin 2016)
Publicités

3 réflexions au sujet de « Les rives de la terre lointaine, Sarah Lark »

  1. je ne connais pas non plus l’auteure (c’est mal?) mais ton avis me donne bien envie de m’y mettre. C’est exactement le genre de roman qui me plait d’habitude!

    J'aime

    1. Salut,
      Non ce n’est pas mal (lol), c’est que j’ai eu l’impression que j’étais un peu seule à n’avoir rien lu de cet auteur. Mais, c’est vrai que du coup je lirai bien les autres.
      En tout cas, si tu pars en vacances c’est le livre idéal car dépaysant et change vraiment les idées.
      Bonne lecture en tout cas et n’hésites pas à venir dire ce que tu en as pensé si tu le lis.
      Chris

      Aimé par 1 personne

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s