Sunlight, Christophe Bec

81HDTDHWEkL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Au fond d un gouffre : personne ne vous entend crier

Trois jeunes amis passionnés de spéléo, Kévin, Caro et Emma, décident de partir explorer les ruines d une mine désaffectée. Sur place, ils découvrent, baigné dans la lumière de l aube, un décor apocalyptique et surréaliste, presque poétique… Un régal à explorer ! Mais à peine entrent-ils qu ils font une chute vertigineuse à travers un puits mal scellé. Pris au piège au fond d un gouffre où pas un rayon de lumière ne parvient, où il n y a rien hormis de l eau croupie, ils n ont plus qu une chose à faire : attendre les secours. Victimes de leur angoisse, ils commencent à perdre leurs repères. À un moment où la frontière entre peur et folie se fait mince : difficile de discerner la réalité de l illusion…
Un récit de survie angoissant qui confirme le talent déjà bien affirmé du scénariste Christophe Bec, servi par le noir et blanc redoutable de Bernard Khattou.

Sunlight inaugure également la création de Flesh & Bones, une nouvelle collection de « one shot » en noir et blanc, couverture souple, dédiée aux récits de genre !

MON RESSENTI

Le format de cette BD fait penser très fortement aux comics, c’est donc une nouvelle collection que lance Glénat, comme j’aime en général leur choix et la qualité de leur catalogue, j’étais très curieuse de voir de quoi il retournait ici.

Les dessins sont en noir et blanc et très stylisés . L’histoire se tient, il s’agit d’un huis clos dans un gouffre hostile , trois amis (deux jeunes femmes et un jeune homme) se retrouvent coincés dans un gouffre et attendent désespèrement les secours, on en apprends un peu plus sur eux avec des flash-backs.  Les personnages sont stéréotypés et certaines situations convenues et clichées mais on se laisse quand même aller et on  se dit que c’est vraiment pas mal et que ça change des BD habituelles.  Cela fait penser à l’esprit Pulp , c’est très divertissant et ça ne se prend pas au sérieux.

Le format est très pratique on peut l’emmener plus facilement et le noir et blanc sied bien à l’atmosphère du tout. Par contre on est pas effrayés et on est pas dans l’horreur comme promis mais qu’importe ça se laisse suivre et fait parfaitement l’affaire pour une petite heure de lecture différente. Mention spéciale pour la fin inattendue .

VERDICT

Une BD très sympa pour ceux qui aiment le genre frisson et angoisse et qui voudrait passer une petite heure tranquille.

  • Album: 168 pages
  • Editeur : GLENAT (29 octobre 2014)
  • Collection : Flesh & Bones
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s