L’Homme qui voyait à travers les visages, Eric-Emmanuel Schmitt

81o7jfvyel

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Après La nuit de feu, Eric-Emmanuel Schmitt poursuit son exploration des mystères spirituels dans un roman troublant, entre suspense et philosophie.Tout commence par une explosion à la sortie d’une messe. Le narrateur était là. Il a tout vu. Et davantage encore, il possède un don unique : voir à travers les visages et percevoir autour de chacun les êtres minuscules –souvenirs, anges ou démons- qui le motivent ou le hantent.Est-ce un fou ? Ou un sage qui déchiffre la folie des autres ? Son investigation sur la violence et le sacré va l’amener à la rencontre dont nous rêvons tous…

MON RESSENTI

Que dire ? J’ai aimé tout les romans d’Eric Emmanuel Schmitt mais là je suis mitigée et ça m’embête parce que je le suis depuis très longtemps et j’ai adoré son précédent roman qui était d’une beauté et d’une profondeur touchante et émouvante. Là rien, j’ai pas été touchée, je l’ai lu jusqu’au bout en espérant à chaque fois que ça s’arrangerait mais ça ne l’a pas fait. Je vais essayé d’expliquer pour quoi je n’ai pas adhéré. Je pense que tout d’abord j’attendais beaucoup de l’auteur et je n’ai pas aimé le fait qu’il parle trop de lui à travers quelques clin d’oeil, se servant la soupe à outrance donnant raison à ceux qui le voient comme un écrivain prétentieux ce que j’ai toujours contesté.

Parlons du livre, le sujet les attentats, la violence, la spiritualité, une pointe de philosophie, ce sont des sujets forts et intéressants. D’ailleurs, l’écriture est toujours aussi belle, le style est toujours aussi unique, il n’y a rien à dire là-dessus. Et pourtant, la magie n’a pas opérée. Pourquoi ? Parce que j’ai trouvé l’interview de Dieu un peu « too much » et cela avait déjà été fait et drôlement bien fait par Jean Louis Fournier dans « Le CV de Dieu », les allusions à lui-même m’ont agacée et je les ai trouvé vraiment de trop, c’est juste de l’autosatisfaction, un espèce d’égo-trip auquel je n’adhère pas mais alors pas du tout.  Certains passages sont magnifiques, d’autres au contraire déroutant pour qui lit habituellement l’auteur. Le fait que cela parle d’attentat n’amène rien de plus comparé au nombreux livres traitant de ce sujet. Je trouve que tout est traité de façon superficielle et que ça saute du coq à l’âne. C’est très dommage car Eric Emmanuel Schmitt est vraiment un de mes auteurs préférés dont j’attend toujours avec impatience les parutions que je dévore dans la journée. J’aurai voulu être encore sous le charme mais là c’est juste moyen pour moi.

J’espère que le prochain sera dans la veine des précédents. Quand je pense que j’avais versé quelques larmes et que j’avais été bouleversée des jours après la lecture de « la nuit de feu »…

VERDICT

Pas le meilleur roman de l’auteur, avis très mitigé. A vous de vous faire votre idée.

  • Broché: 420 pages
  • Editeur : Editions Albin Michel
Publicités

2 réflexions au sujet de « L’Homme qui voyait à travers les visages, Eric-Emmanuel Schmitt »

  1. Je n’ai jamais lu Eric-Emmanuel Schmitt, peut-être un jour mais si toi qui l’aime n’a pas été séduite, je commencerai sûrement par un autre de ses romans. Merci pour ton avis 🙂

    J'aime

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s