Contrecoups, Nathan Filer

51vpwpqhsjl

9460298-arbre-de-coeur

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

Matthew a 19 ans et c’est un jeune homme hanté. Hanté par la mort de Simon, son grand frère, dix ans auparavant. Hanté par la culpabilité. Matthew souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer enfin, il écrit, dessine, tente de remonter le fil du temps. Il raconte l’enfance étouffée par le deuil, l’adolescence synonyme de lente descente dans la folie, l’internement… Bouleversant, souvent drôle, Contrecoups est une sublime ode à la tolérance et à l’acceptation.

MON RESSENTI

Un roman bouleversant qui m’a emmené loin très loin, qui m’a remuée et questionnée. Je me suis immédiatement attachée à Matthew, hanté par le souvenir de son frère disparu il y a dix ans, il m’a beaucoup touchée. Ce n’est pas évident de traiter du deuil et de la schizophrénie sans tomber dans le pathos ou le voyeurisme et l’auteur a réussi à l’éviter. La perte d’un être cher est toujours difficile et on ne s’en remet jamais vraiment, mais quand c’est un frère, une soeur c’est encore plus dur et on le ressent bien avec Matthew qui se souvient de tous les jeux avec son frère, sa voix, son rire… Enfin, se souvient c’est pas vraiment cela puisqu’il croit vraiment l’entendre rire, parler, lui demander de jouer avec lui, Simon n’est pas vraiment mort, il fait partie de lui.

On va le diagnostiquer schizophrène et il va devoir se médicamenter pour ne plus entendre la voix de son frère, cela ne va pas être sans dommage, car il va subir les effets secondaires et il va rechuter souvent, il va aller en hôpital psychiatrique, il va être interné, revenir chez lui. On sent qu’il n’a pas vraiment envie de ne plus entendre la voix de son frère, car il a peur qu’avec elle il disparaisse pour toujours.  Alors, il a une idée, écrire son histoire pour que jamais il n’oublie, pour que jamais on n’oublie son frère et c’est cela que le lecteur lit.

Une histoire poignante, des sujets durs : la folie, le deuil, le désir de ne pas oublier, l’internement, des personnages attachants et bouleversants, une écriture intelligente et sensible qui m’ont transportée. J’ai trouvé très intéressant et intelligent de la part de l’auteur de choisir de raconter l’histoire du point de vue de Matthew et de donner un ton syncopé, décousu, fouillis comme le serait probablement celui d’un schizophrène, cela donne plus de profondeur et rend plus plausible cette histoire. D’ailleurs, il y a des changements de police de caractères qui correspondent à l’état dans lequel se trouve le narrateur. Le fait d’ajouter des croquis, des notes, des dessins donne l’impression au lecteur d’être dans la confidence, d’entrer dans l’intimité de Matthew, de lire un journal intime.  Les passages où il est en hôpital psychiatrique sont poignants, révoltants et j’ai ressenti beaucoup de tristesse pour lui, car on sent que ces établissements sont limités dans leurs champs d’action, que ce sont souvent des endroits froids et sinistres. On sent que l’auteur a une certaine expérience et connaissance du milieu.

On ne peut rester insensible à ce jeune homme qui se bat de toutes ses forces pour avoir une vie normale, s’en sortir, travailler, mais qu’il n’y a arrive pas seul. On a envie qu’il s’en sorte, envie de l’aider, on ressent beaucoup d’empathie et de compassion pour lui.  C’est très réussi, l’écriture est magnifique et l’histoire touchante. J’y pense des semaines après l’avoir fini et c’est plutôt bon signe.

VERDICT

Coup de coeur, si vous aimez les histoires singulières, les personnages attachants et que vous vous intéressez à la schizophrénie et ses méandres ce livre est pour vous. C’est un page turner, vous ne le lâcherez pas. Magnifique !

  • Poche: 336 pages
  • Editeur : 10 X 18 (1 septembre 2016)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s