Infinity 8, comics tome 1, 2, 3/3 : Romance et macchabées, Bertail Dominique et Trondheim Lewis, Zep

91qnfeblel

91-x-b-k7ml

91hm5ge2djl

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

Croisière intergalactique de L’infinity 8, jour 15. Le vaisseau est bloqué par un gigantesque amas d’artéfacts, de bouts de planètes et de sépultures. L’infinity 8 est-il condamné à finir sa carrière englouti dans ce répugnant mausolée géant? Le sort de 88 000 passagers de 257 races différentes est en jeu… Les meilleurs agents du spacio-paquebot ont intérêt à se surpasser pour le sortir de ce pétrin. HUIT AGENTS, HUIT MISSIONS, HUIT REBOOT TEMPORELS POUR DÉVOILER LA VÉRITÉ ET SAUVER L’INFINTY 8.

TOME 1 , 2 et 3 : Romance et macchabées

L’agente Yoko Keren, plus préoccupée de trouver un géniteur idéal que de faire respecter l’ordre au sein de L’Infinity 8, est la première agente missionnée par le Capitaine. Le vaisseau vient d’ être arrêté sur son trajet par un amas mystérieux, à elle d’en découvrir la nature et l’origine. Mais à peine approche-t-elle de ce qui s’avère être un mausolée géant, qu’un groupe de Kornaliens, seule espèce nécrophage de l’Infinity, s’échappe du vaisseau et à tout contrôle. Ils assimilent, en même temps que les cadavres, les comportements, en l’occurrence criminels et violents, de ceux qu’ils dévorent… Il ne reste à la belle agente qu’un allié, Sagoss, le seul le nécrophage qui a englouti un romantique exalté… et qui se transforme du coup en amoureux fou, mais ultra lourdingue. Arrivera-t-elle à éviter l’explosion du vaisseau jusqu’au reboot ?

MON RESSENTI

C’est délicat de faire cette chronique parce que je n’ai pas du tout accroché à ces pulp, les dessins sont pas mal, mais l’histoire et les personnages m’ont laissé de marbre. Je trouve que c’est trop cliché, l’héroïne super bien foutue que tout le monde veut c’est du déjà vu, les races différentes déjà vues, le vaisseau qui erre dans l’espace aussi … Il n’y a rien de transcendant et aucune surprise pour que ça sorte des sentiers battus. Et de plus, je n’aime pas non plus les dialogues qui se veulent tantôt drôles tantôt piquants.

Je me suis ennuyée, mais suis allée jusqu’au bout afin de vraiment être sûre de mon avis. C’est pop, c’est de la science-fiction, mais ce n’est pas novateur, c’est assez grossier avec des références cinématographiques lourdes, de la scatologie, de la drague lourdingue, des aliens moches et débiles, une héroïne aux seins silliconnés … Quel ennui ! De plus, je trouve que c’est franchement macho. Je m’explique, donc la fille est gaulée comme une porno star, elle n’a comme unique but que de se faire faire un gamin (vous comprenez l’horloge biologique de toutes les femmes … pfut) pour cela elle veut le meilleur capital génétique possible et passe son temps à scanner tous les mâles qu’elle croise pour voir s’il y a une compatibilité possible. Whaou ! super ! passionnant.  J’espère que la prochaine histoire sera moins décevante.

S’il y a un point positif, c’est le format et le prix qui fait qu’avec 10€ vous avez une histoire complète en trilogie.

VERDICT

Totalement passée à côté, je ne peux vous les conseiller, mais après je ne suis pas spécialiste et il faut se faire son propre avis…

  • Album: 36 pages
  • Editeur : Rue de Sèvres (5 octobre 2016)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s