Quelqu’un à qui parler, Cyril Massarotto

41ommttiovl

9460298-arbre-de-coeur

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

Samuel fête ses trente-cinq ans, seul face à des assiettes vides. La déprime est proche. Il attrape alors son téléphone mais réalise qu’il n’a personne à qui parler. Soudain, un numéro lui revient en mémoire : celui de son enfance et de la maison du bonheur familial depuis trop longtemps disparu.

Tiens, et s’il appelait ? À sa grande surprise, quelqu’un décroche. Et pas n’importe qui : c’est à lui-même, âgé de dix ans, qu’il est en train de parler ! Mais que dire à l’enfant que l’on était vingt-cinq ans plus tôt ? Finalement, chaque soir, à travers ce téléphone, Samuel va s’interroger : l’enfant que j’étais serait-il fier de ma vie ? Aurait-il vraiment envie de devenir l’adulte que je suis aujourd’hui ? Ne l’ai-je pas trahi en renonçant à mes rêves ? Grâce à ce dialogue inattendu et inespéré, Samuel va, peu à peu, devenir acteur de sa vie. Et avancer, enfin !

Après Dieu est un pote à moi et Cent pages blanches , Cyril Massarotto signe un roman plein de justesse, de tendresse et d’humour sur l’enfant qui demeure toujours en nous… et qu’il ne faut jamais oublier d’écouter.

MON RESSENTI

Mon coup de coeur du mois ! C’est un livre feel good, un livre qui fait du bien à l’esprit, au coeur et qui m’a plongé dans une mélancolie bienveillante, une mélancolie heureuse. Mélancolie et heureuse me direz-vous, ça ne va pas vraiment ensemble. Et bien, au Japon ce concept existe la mélancolie n’est pas toujours triste et négative, il y a d’ailleurs un idéogramme que pour cela. Bon ce n’est pas le sujet , revenons à ce beau roman.

Quelle bonne idée ! ce sujet est passionnant qui n’a pas rêvé de pouvoir remonter le temps pour pouvoir s’éviter des souffrances inutiles, réparer des manquements malheureux, ou pour tout simplement se rassurer, se consoler et faire autrement pour que notre présent soit plus facile, plus heureux ? Moi, j’en ai souvent rêvé et je sais ce que j’aurai dit à la Christelle de 9 ans, mais ça je le garderai pour moi.  J’aime tout dans cette histoire, j’ai autant aimé le Samuel de 9 ans que le Samuel adulte (il faut dire qu’on a quelques points communs). Dès la première page, j’étais dedans, emportée et touchée, il faut dire que c’est souvent le cas avec les livres de Cyril Massarotto, ce sont des petites parenthèses de beau et de simplicité que j’affectionne. Lire un de ses livres c’est ressentir des émotions pures, c’est s’interroger sur soi, c’est vivre un bon moment, se sentir légère. J’ai du retenir mes larmes à certains moments car je le lisais dans les transports , j’ai ri à d’autres et tout du long j’ai souhaité, espéré que le Samuel adulte prenne sa vie en main et trouve le bonheur qu’il mérite.

Tout est subtil, alternance de drôle et de tristesse mais aussi beaucoup d’espoir, Samuel le trentenaire est comme bien  des gens  et je pense d’ailleurs que certains pourront se reconnaître en lui, il est seul le soir de son anniversaire, il est pas bien dans sa vie, ses parents morts, il n’a pas de famille, un seul couple d’amis et il est célibataire, il a un travail alimentaire qui ne le passionne pas et un patron tyrannique (là aussi on reconnait certains patrons) . Bref, on pourrait dire que c’est pas l’extase ! Il décide d’appeler chez lui, le numéro de son enfance et là miracle quelqu’un lui répond et ce quelqu’un c’est lui à neuf ans.  Il va se téléphoner tout les jours à la même heure et il va essayer de s’aider à neuf ans et le Samuel de neuf ans va l’aider aussi. Sa vie va évoluer et il va se transformer petit à petit.

S’il y a bien une chose que ce roman nous apprends et un message à retenir c’est qu’il ne faut pas oublier l’enfant que nous avons été et qui est là enfoui au fond de nous avec ses rêves, ses espoirs et sa fougue. J’ai vraiment été très émue par certains passages, très remuée, j’aime vraiment la sensibilité et l’écriture de Cyril, un vrai régal et j’espère bien pouvoir en parler avec lui « in real life » lors d’un prochain passage à Paris.

J’espère qu’un réalisateur verra comme j’ai pu le voir le potentiel qu’il y a pour une adaptation cinématographique de ce petit bijou que je recommande chaudement. Merci à l’auteur pour ces moments de lecture bénéfique.

VERDICT

Un roman qui fait du bien et qui vous replongera dans votre enfance, cette période  d’insouciance et où tout est possible. A offrir à tout ceux que vous aimez ou à qui vous voulez du bien. C’est la Saint Valentin bientôt et je vous garantis que c’est mieux que des chocolats.

Laissez vous tenter vous ne le regretterez pas .

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : XO (9 février 2017)
Publicités

Une réflexion au sujet de « Quelqu’un à qui parler, Cyril Massarotto »

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s