Tenir, David Le Breton

31nxvo6esml

 

 

L’HISTOIRE

Tout humain normalement constitué sait qu’une vie sans douleur est impensable mais, de là à ce qu’elle soit chronique, il y a une marge que David Le Breton explore magistralement.
L’examen des itinéraires personnels de « douloureux chroniques’ auquel se livre l’auteur montre que, si elle abîme profondément l’existence de nombre de patients, d’autres trouvent au fil du temps un soulagement ou un compromis, mais paradoxalement elle protège certains patients d’autres souffrances plus redoutables encore.
Il est temps, dit David Le Breton, que l’on développe davantage une médecine de la douleur centrée sur l’expérience intime des personnes afin de les aider, sinon à guérir, à accomplir une « réinvention de soi’, autrement dit une réorganisation radicale de leur existence avec et autour de cette douleur chronique à tous les niveaux de leur quotidien, autrement dit à « tenir’.

Dans cette enquête passionnante qui nous concerne tous de près ou de loin, le sociologue explore, consulte, interroge autant ceux et celles qui vivent cette douleur inexpliquée que les soignants qui essayent de juguler ce mal chronique.

MON RESSENTI

Un sujet passionnant et qui concerne tout le monde que ce soit la douleur physique, morale ou psychique. Là il s’agit des douleurs chroniques et ça me parle puisque j’en suis victime alors j’avais déjà un avis sur le sujet et une certaine expérience. C’est donc avec un intérêt optimum que je me suis lancée dans cette lecture.

L’auteur décrit très bien la douleur chronique, celle qui est là tapie dans l’ombre qui attend un moment où l’on ne s’y attend pas, une vieille connaissance qui se rappelle à nous et qui nous fait vivre de sales moments. Comment « tenir » face à elle, comment la vaincre, lui résister ? L’auteur est un sociologue qui a exploré de nombreux sujets avant celui là,  j’avais eu l’occasion de lire un autre essai de l’auteur sur les émotions (encore un sujet qui me parle) et j’avais trouvé qu’il avait vraiment exploré en profondeur le sujet. Il en est de même de la douleur, l’essai est construit, nourri, argumenté avec clarté.  Il met en lumière le rapport à la douleur d’un coté philosophique et celui du religieux où la douleur est une épreuve, un cap à franchir, une opportunité de se racheter de nos pêchés. Bien sûr, la récompense à tout ça, à cette résistance serait le paradis, le bonheur absolu. Oui, OK, ça peut sûrement convenir aux croyants mais que reste-t-il aux autres pour « tenir » ? Et puis, est-ce suffisant quand la douleur vous cloue sur place, vous empêchant d’effectuer les gestes les plus élémentaires du quotidien, ou qu’elle vous coupe de la société et des autres ?

J’ai aimé comment l’auteur a passé en revue les types de douleurs et comment elles empêchent les gestes les plus élémentaires, lacer des chaussures, lire, se baisser, dormir, manger, aimer. Il n’oublie pas de parler aussi des cas qui ne ressentent pas la douleur et la recherche à tout prix car il n’est pas facile de ne jamais la ressentir aussi. Il est très dur de ne pas avoir ce signal d’alarme qu’est la douleur et qui permet de prendre les devant et de réagir.

Ce qui est très intéressant c’est que l’auteur ne fait aucune généralité, il fait une étude anthropologique intéressante, fouillée et claire du sujet. Il s’interroge sur le rôle du corps médical, des médecins dans tout cela. Il s’appuie sur des chiffres, des études, des témoignages, des expériences médicales qui aideront le lecteur a y voir plus clair,  à se conforter ou s’interroger sur un aspect spécifique.  J’ai vraiment pris plaisir à le lire et je l’ai trouvé très instructif tout en étant pas pompeux, facile d’accès pour qui voudra se pencher dessus. Un essai très réussi.

VERDICT

Un essai maîtrisé, facile d’accès pour tout lecteur qui veut en savoir plus sur la douleur et ses affres. Superbe et instructif.

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Anne-Marie Métailié (16 janvier 2017)
  • Collection : Traversées
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s