Le dernier Hyver, Fabrice Papillon

RESUME

On dit que l’hiver vient. Peut-être le dernier pour les porteurs du chromosome Y…

Août 415 après J-C. : La ville d’Alexandrie s’assoupit dans une odeur âcre de chair brûlée. Hypatie, philosophe et mathématicienne d’exception, vient d’être massacrée dans la rue par des hommes en furie, et ses membres en lambeaux se consument dans un brasier avec l’ensemble de ses écrits.
Cet assassinat sauvage amorce un engrenage terrifiant qui, à travers les lieux et les époques, sème la mort sur son passage. Inéluctablement se relaient ceux qui, dans le sillage d’Hypatie, poursuivent son grand œuvre et visent à accomplir son dessein.
Juillet 2018 : Marie, jeune biologiste, stagiaire à la police scientifique, se trouve confrontée à une succession de meurtres effroyables, aux côtés de Marc Brunier, homme étrange et commandant de police de la  » crim  » du Quai des Orfèvres. Peu à peu, l’étudiante découvre que sa propre vie entre en résonance avec ces meurtres.
Est-elle, malgré elle, un maillon de l’histoire amorcée à Alexandrie seize siècles auparavant ? Quel est ce secret transmis par Hypatie et au cœur duquel se retrouve Marie ? L’implacable destin peut-il être contrecarré ou  » le dernier Hyver  » mènera-t-il inéluctablement l’humanité à sa perte ?

RESSENTI

Un livre que j’ai pris plaisir à lire, une histoire macabre avec des scènes à la limite du soutenable mais qui sont servies par des faits historiques tellement intéressants et enrichissants (j’ai appris plein de choses). Des sauts dans le temps, des personnages auxquels on s’attache, on voyage dans le temps, on fait connaissance avec un personnage hors du commun : Hypatie, mathématicienne et philosophe. L’auteur a dû faire beaucoup de recherches et est un habitué de la vulgarisation scientifique, ce que j’apprécie énormément.

L’intelligence de Fabrice Papillon est de ne jamais sombrer dans le déballage de science, dans le cours magistral ce qui aurait rendu ce roman indigeste. Une enquête passionnante dans les méandres de l’Histoire, de la science, les personnages historiques qui parsèment l’intrigue sont habilement amenés. L’écriture est plaisante et j’ai beaucoup aimé les changements de registre lexical en fonction des époques. La part belle est faite aux femmes qui sont au premier plan de cette aventure.

Un roman ambitieux qui tient en haleine de la première à la dernière page, la fin est juste hallucinante et inattendue. Ca vaut vraiment le coup de le lire au calme et d’aller jusqu’au bout de ces 624 pages .

VERDICT

Si vous aimez Dan Brown, José Rodriguez Dos Santos alors vous aimerez à coup sur Fabrice Papillon. C’est bien ficelé, intelligent et captivant.

  • Broché: 624 pages
  • Editeur : Belfond (5 octobre 2017)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s