La traque des lanceurs d’alerte, Stéphanie Gibaud

RESUME

Après avoir raconté l’histoire qu’elle a vécu au sein de la banque UBS (La Femme qui en savait vraiment trop, Cherche Midi), Stéphanie Gibaud constate les risques incroyables pris par les Lanceurs d’alerte. Au travers de son expérience personnelle et d’exemples concrets en France et à l’étranger, elle détaille la vie des lanceurs d’alerte et les raisons pour lesquelles ils sont devenus les parias de la société.
Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Les cas emblématiques de Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer celles et ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Et pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning en prison, Stéphanie Gibaud, et bien d’autres sont dans une situation précaire, attaqués dans des procès sans fin et lâchés par les Etats.
La situation catastrophique des lanceurs d’alerte révèle que les démocraties dans lesquelles nous vivons sont de plus en plus dures avec les petits délits mais clémentes avec les dominants. La justice est au coeur de nos systèmes agonisants mais que les dominants ne veulent surtout pas les modifier tant ils en profitent.
La seule solution, pour Stéphanie Gibaud : se regrouper pour faire reculer l’impunité.

RESSENTI

Un  sujet d’actualité passionnant que l’auteur connait au plus près puisqu’elle est victime elle-même de harcèlement suite à ses livres et révélations, elle a perdu son travail suite à cela. Stéphanie Gibaud a joué un rôle décisif en dénonçant dès 2008 les pratiques de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée d’UBS AG (Suisse) avec la complicité d’UBS France.  C’est un sujet qui nous concerne tous indirectement puisque les lanceurs d’alerte mettent au grand jour ce que les gouvernements nous cachent. Dans cette enquête 5 lanceurs d’alerte sont interviewés : – Stéphanie Gibaud, affaire UBS ,  Alain Gautier : corruption dans le transport d’enfants handicapés,  Françoise Nicolas : corruption et tentative de meurtre dans le service publique,  Ida de Chavagnac : infractions et tentative de corruption au Crédit Agricole, Philippe Pascot : casier judiciaire vierge pour les élus (dont j’ai chroniqué quelques livres).

A travers des témoignages et des exemples concrets elle nous montre les risques et les difficultés vécus par les lanceurs d’alerte qui risquent gros et perdent beaucoup pour que la vérité éclate. A la lecture de ce livre on ne peut que se demander si on peut encore qualifier certains pays de démocratie, si la liberté d’expression a encore un sens, si nous ne sommes pas tous endormis par les médias. Ce qui est écoeurant c’est de voir que dans la plupart des cas ce sont les lanceurs d’alerte qui sont en difficulté alors que les responsables des affaires et malversations ne sont pas inquiétés et continuent leurs trafics en toute impunité. Comment accepter que rien ne change ? N’est-ce pas le signe que nos démocraties sont malades  ?

Un livre édifiant, passionnant, instructif et qui pose un certain nombre de questions auxquelles il est plus que nécessaire de répondre.

VERDICT

A lire pour être mieux informés et pour se forger une idée sur le sujet.

  • Broché: 300 pages
  • Editeur : Max Milo (12 octobre 2017)
  • Collection : ESSAIS DOCUMENT
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s