Le destin d’Anna Pavlona,

RESUME
Une histoire d’amour au coeur de la Russie profonde des années 1850 qui donne lieu à une virulente critique d’un milieu social.

Epoque du tsar Alexandre II, dans l’intimité de la petite noblesse provinciale russe.
L’héroïne, Anna Pavlovna Manovskaia, dépérit dans la propriété de son mari, Mikhaïlo Egorytch Zador-Manovski, un colosse brutal et caractériel. Quelques années de ce mariage malheureux passent avant qu’un homme, ressurgisse de son passé, et vienne bouleverser son destin.

Alekseï Pisemski dépeint l’intimité de cette classe de la société russe, riche de ses seuls domaines agricoles et des serfs qu’elle peut exploiter à sa guise. La mesquinerie de ce milieu prisonnier de ses codes, ses hiérarchies, ses intrigues illustre un monde décadent et follement mélodramatique où les femmes et les frémissements amoureux jouent un rôle central.

Contemporain d’Ivan Gontcharov, Ivan Tourgueniev et Nicolas Leskov, Alekseï Pisemski, en lutte contre le servage (aboli en 1861) est redécouvert par sa traductrice Hélène Rousselot avec ce roman inédit, reflet d’une Russie oubliée.

RESSENTI

C’est un roman tout à fait rafraîchissant et dépaysant qui nous emmène en Russie aux temps du tsar Alexandre II, dans le milieu agricole. J’ai aimé suivre la vie d’Anna Pavlona qui s’ennuie et a fait un mariage malheureux. Elle dépérit et subit la violence de son mari. J’ai découvert à travers ce roman une période de l’histoire russe, les conditions de vie et les codes sociétaux de l’époque. La condition de la femme est peu enviable, les inégalités font rages et la violence est là.  Il y a beaucoup de dialogues et cela donne un petit coté théâtre à ce roman, l’écriture est simple mais efficace.

Un ancien amour d’Anna  fait son apparition et lui donnera l’espoir d’un changement de vie, mais rien  n’est facile dans ce petit milieu bourgeois où il ne fait pas bon être une femme et avoir des aspirations romantiques. j’ai tourné les pages en espérant que sa situation s’arrange qu’elle puisse se sortir des griffes de son mari.

Je ne lis pas tellement d’auteurs russes mais cela m’a donné envie de tester d’autres auteurs. Une bonne lecture dramatique, tragique et théâtrale.

VERDICT
Pour les fans d’histoires russes, fan de tragédies et de grandes histoires romanesques

  • Broché: 248 pages
  • Editeur : Ateliers Henry Dougier (12 octobre 2017)

 

Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s