La tresse, Laeticia Colombani

 

Quatrième de Couv’ :  

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Mon ressenti :

Un roman court dont j’avais beaucoup entendu parlé et que j’ai donc choisi de lire après la vague. Une belle surprise, trois destins, trois femmes, trois continents mais une même rage de s’en sortir, de ne plus coller à leur condition de femme. J’ai tout de suite pris les personnages en sympathie et eu envie qu’elles s’en sortent. Je l’ai lu d’une traite et je n’ai eu qu’un souhait après l’avoir refermé c’est qu’il y ait une suite. Les personnages sont tous attachants pour des raisons différentes, l’écriture est vraiment sympathique et je dirais même cinématographique,  on imagine facilement ce que ça pourrait donner au cinéma.

La tresse c’est le combat de trois femmes totalement différentes de part leurs vies, leur milieu social, leur famille, leur culture mais on voit au fur et à mesure qu’importe d’où elles viennent les femmes ont les mêmes désirs, les mêmes souhaits, aiment leurs enfants de la même manière, ont beaucoup de mal à gérer leur vie entre les désirs des parents et les leurs. Pour elles tout est plus compliqué que pour les hommes gérer la vie familiale, sociale et professionnelle est tout sauf un long fleuve tranquille.  J’ai été profondément émue et touchée en particulier par l’histoire de Smita en Inde, c’est juste impensable que ça existe encore de nos jours. J’ai aimé la fraîcheur et le romantisme de Giulia seul le personnage de Sarah m’irritait au début mais petit à petit j’ai commencé à l’apprécier et à avoir beaucoup de tendresse pour elle.

L’auteur a une belle plume, simple et efficace, la force de ce roman c’est vraiment les trois personnages principaux : trois femmes combatives, modernes, courageuses, on peut facilement s’identifier. Finalement, ces trois histoires n’en forme qu’une et on ne s’attend pas à la chute j’ai aimé cette fin qui n’en est pas vraiment une et qui d’ailleurs, je l’espère, pourrait être une porte ouverte vers une suite. Espoir, solidarité, sensibilité sont les maîtres mots de cette aventure.

Verdict : 

Un bon roman qui vous fera voyager et vous sentir bien. A prêter, faire circuler.

  • Broché: 224 pages
  • Editeur : Grasset; Édition : 1 (10 mai 2017)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s