Mélodie du temps ordinaire, MC GARRY MORRIS Mary

91+ZvHiTSXL

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE
Été 1960, Atkinson, petite ville ordinaire du Vermont. Divorcée d’un ivrogne pathétique qui vient encore parfois cogner la nuit à sa porte, Marie Fermoyle s’épuise à joindre les deux bouts, animée d’une ambition farouche pour ses trois enfants et portée par un orgueil qui l’empêche d’accepter l’aide de quiconque. Sa solitude va faire d’elle une proie toute désignée pour Omar Duvall, escroc minable et beau parleur, qui se présente un soir chez elle… Oscillant entre colère et résignation, englués dans leur mal-être adolescent, ni Alice ni Norm, les deux aînés, ne sauront s’opposer à Omar, dont la personnalité inquiétante se révélera peu à peu. Avide de voir sa mère enfin heureuse, le jeune Benjy, lui, taira obstinément son terrible secret : le jour même de l’arrivée de Duvall, il l’a vu poignarder un homme dans la forêt… À travers l’histoire des Fermoyle, à laquelle se trouve inextricablement liée celle de leurs proches et voisins, Mary McGarry Morris a écrit la chronique d’une petite communauté où s’affrontent l’espoir et la peur, le mensonge et la honte, l’obsession du péché et la piété, où se joue une lutte incessante entre la soif de réussite et l’amertume de l’échec. La force de l’intrigue et des personnages, la beauté du style, l’atmosphère lourde et envoûtante qui se dégage du roman en font une œuvre à part, parmi les plus marquantes de la littérature américaine contemporaine.

MON RESSENTI

On est dans les années 60 dans une petite ville d’Amérique et comme dans toutes les petites villes du monde entier il y a les histoires, les rumeurs, la réputation, les secrets. C’est la vie de quelques personnes bien ordinaires que nous propose l’auteur.  Les personnages ont tous un coté attachant et un coté sombre ce qui fait que le lecteur ne sait jamais s’il faut les aimer ou les détester.  Un voyage au milieu de l’humanité et ses horreurs, ses bassesses. Il y a un coté suffocant et dérangeant mais on en redemande, on est dans le rythme tant c’est prenant, on veut en découdre et savoir ce qui va se passer.

La galerie de portraits est saisissante et tout les personnages sont aboutis, la lourdeur et la noirceur de cette petite bourgade paumée est bien retranscrite. C’est un monde de désenchantement et d’espoir mélangés. C’est un roman psychologique et presque sociologique.

Une écriture intéressante et captivante.

VERDICT

Pour amateurs de romans psychologiques et sociologiques. Un super roman qu’il ne faut pas manquer.

  • Broché: 655 pages
  • Editeur : Belfond (24 juin 2015)
  • Collection : Littérature étrangère
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s