Comment tu parles de ton père, Joann Sfar

81i4vzhgyfl

 

 

 

 

 

 

L’HISTOIRE

« Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien.  » Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir et un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

MON RESSENTI

Un adieu drôle et triste à la fois, des souvenirs du père de l’auteur très personnel. Le papa de Joann Sfar est mort il y a deux ans et son fils lui rend un bel hommage ici, il parle aussi de sa mère et l’on en apprend un peu plus sur la religion juive, sur une époque, sur les relations entre un père et son fils et même sur la relation au grand-père. Je l’ai lu très vite, j’ai trouvé sympathique de le découvrir autrement que par les BD et les illustrations. Par contre, je n’ai pas été sensible à sa manière d’écrire pas assez travaillée, pas assez fine, c’est dommage, car cela aurait ajouter une dimension supplémentaire à la lecture, plus de profondeur.

Il y a des moments qui m’ont gêné, car, à mon sens, trop personnel, notamment les passages sur la sexualité de son père, je trouve qu’il y a des limites à la confidence et que cela fait du tort au reste de l’histoire. C’est dommage, car il nous fait partager ses regrets, ses souvenirs, ses maladresses et aussi un réel questionnement sur la question de la perte et du deuil. Les parties sur la religion juive sont aussi intéressantes, car elles permettent aux non-juifs d’en apprendre plus. C’est parfois très brouillon et c’est vraiment rageant, car ça aurait pu être un livre extrêmement touchant et émouvant, mais là on alterne les moments où l’on est à fond dedans et ceux où l’on se demande pourquoi il a bâclé certains passages.

Un avis en demi-teinte pour cet hommage qui aurait pu être plus travaillé.  Lu en un peu plus d’une heure, oublié en un peu plus d’une heure.

VERDICT

À lire si vous êtes fan du dessinateur, sinon c’est pas un des hommages les plus réussis au père. Un livre qui se lit vite et s’oublie tout aussi vite. Bof

  • Broché: 160 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (17 août 2016)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s