Tango Parano, Hervé Le Corre

413bdnanq6l

 

 

Lu dans le cadre du jury Prix Meilleur polar 2016 des lecteurs Points

 

 

 

L’HISTOIRE

 » Le tango ? Sait-on jamais avec qui on le danse ? Qui a écrit la partition ? Qui la joue ? Méfiance… Tango, parano. Ça rime à quoi ?  » Vallès, un ex-flic mis au vert après avoir pété les plombs, est contacté par les services spéciaux pour tirer au clair le meurtre d’une jeune Bordelaise de bonne famille. Il infiltre une secte richissime, dont les rapports avec l’État s’avèrent complexes. Peu à peu, il se rend compte qu’il est utilisé bien malgré lui dans des joutes de pouvoir au sommet. Une série de situations rocambolesques commence alors pour Vallès, qui cherche tant bien que mal à préserver son indépendance d’esprit.

MON RESSENTI

C’est un polar, mais pas seulement, j’ai bien aimé ce personnage d’ex-flic en reconstruction, paumé, tout du moins au début du roman. C’est intéressant de ne pas nous mettre un super flic et de travailler ce personnage qui est plus humain. Sa vie n’est pas au top quand les services secrets l’appellent afin qu’il infiltre une secte. Le début est très bien, on rentre dedans facilement, malheureusement après ça vire un peu à la parodie, à la pastiche et ça surprend le lecteur qui doit s’habituer à ce changement. Beaucoup de caricatures, le flic qui ne pense qu’avec son pénis c’est du vu et du re-revu et ça n’apporte rien à l’histoire. C’est trop dommage, car il y a un style dans l’écriture, l’auteur sait même bien manier la langue à coups de métaphores et autres figures de styles que les passionnés de langue française apprécieront. Les phrases sont très longues, trop longues et on voudrait plus de simplicité, ce qui commençait comme une lecture sympa dans le premier tiers du polar s’est avérée au final plutôt pénible.

Par contre, la ville de Bordeaux est bien représentée et on a envie d’aller y faire un tour. Je suis un peu dubitative, je ne comprends pas bien pourquoi l’auteur s’est engouffré dans ce méli-mélo. J’ai eu bien du mal à le finir et vu tout ce que j’ai à lire , ce n’est que par acquit de conscience que je l’ai terminé. Je ne connaissais l’auteur que de nom et là c’est clair que ça ne m’a pas donné envie d’en lire davantage et de découvrir son oeuvre.

VERDICT

Je suis passée à côté pourtant je n’ai rien contre les pastiches et la parodie, mais là c’est mal fait ! À lire si vous n’avez vraiment pas d’autres choix, sinon passez votre chemin il y a tant de livres sympas actuellement.

  • Poche: 422 pages
  • Editeur : Points (12 mai 2016)
  • Collection : Points Policier
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s