La lanterne des morts, Jeanine Boissard

Résumé : 

Lila et Adèle sont sœurs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Hélas elle est victime de bipolarité, cette terrible maladie où le meilleur côtoie le pire. Adèle est douce, tendre, responsable.
Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila. Autour d’elle, plusieurs événements tragiques, toujours liés à des affaires d’argent. Mais sans jamais la moindre preuve.
Voyant sa sœur s’attaquer à celui qu’elle aime, les yeux d’Adèle s’ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ?
C’est dans les beaux paysages du Périgord Noir, où flottent les arômes de truffe et de bon vin, que se passe cette histoire de famille comme Janine Boissard excelle à les raconter, mêlée d’un suspense qui ne faiblit jamais.

Ressenti

Une histoire de famille et particulièrement de deux soeurs dans le terroir du Périgord. On arrive facilement à rentrer dans l’histoire, les personnages sont crédibles et les descriptions de la région, des paysages sont vraiment belles. Les deux soeurs sont très différentes l’une est sage, posée, l’autre est plus délurée et changeante. Au détour d’une conversation qu’elle n’aurait pas dû entendre Adèle entend un mot qui lui permettra de mettre un nom sur la maladie de sa soeur atteinte de bipolarité.

C’est un thème peu abordé dans les romans autres que policiers, c’est fait avec subtilité et la plume de l’auteur est juste. L’auteur sait comment nous émouvoir  et nous faire aimer ses personnages même les plus terribles.  Il y a du suspens, des meurtres, des disparitions, des secrets de famille, une région, des traditions, ce sont tout ces ingrédients qui donnent un roman qui vous fera passer deux bonnes heures de lecture. Si en plus, vous aimez les truffes, le bon vin alors ce roman est fait pour vous. Il faut dire que l’auteur décrit vraiment bien les paysages, les métiers du terroir périgourdin.

Verdict

Le livre parfait pour lire sous un arbre en vacances, pour se reposer et s’extraire du train train quotidien.

  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Fayard; Édition : 01 (29 mars 2017)
Publicités

Je laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s